#Avant15AnsCestNon : Flavie Flament, Alexandra Lamy... Les stars se mobilisent contre le consentement à 13 ans

Laetitia Reboulleau
·4 min de lecture
French TV presenter, radio host and writer Flavie Flament poses during a photo session on October 30, 2017 in Paris. (Photo by JOEL SAGET / AFP)        (Photo credit should read JOEL SAGET/AFP via Getty Images)
(Photo by JOEL SAGET/AFP via Getty Images)

Depuis quelques jours, la question du consentement des mineurs est au centre de l'actualité. L'âge minimum a été fixé par le Sénat à 13 ans, et pour de nombreuses personnes, c'est beaucoup trop tôt. Des célébrités comme des anonymes se mobilisent sur les réseaux sociaux pour faire augmenter la limite de deux ans, voire plus dans certains cas particuliers.

L'objectif était de poser "un interdit sociétal clair". Jeudi 21 janvier, le Sénat a adopté à l'unanimité une proposition de loi visant à créer un nouveau crime sexuel pour protéger les mineurs de moins de 13 ans. Le texte, porté par la sénatrice centriste Annick Billon, a pour but de permettre aux enfants de moins de 13 ans de ne plus avoir besoin de justifier qu'ils n'étaient pas consentants à des relations sexuelles avec un majeur. Un premier pas pour protéger les plus jeunes, mais un pas insuffisant, selon de nombreuses personnes, qui ont crié leur colère sur les réseaux sociaux.

VIDÉO - Ovidie : " La sodomie non consentie, c’est du viol techniquement"

"Avant 15 ans, pas de consentement"

Comme c'est souvent le cas, sur Twitter et Instagram, c'est à travers deux hashtags que les stars comme les internautes se sont mobilisés tout le week-end : #Avant15AnsPasDeConsentement et #Avant15AnsCestNon. Outre les messages demandant à ce que le seuil de consentement soit placé à 15 ans minimum, et 18 en cas d'inceste ou de situation de handicap, les personnes mobilisées ont également publié des photos d'elles à l'âge de 13 ans, pour prouver qu'en aucun cas un enfant de cet âge-là ne devrait être sexualisé, ni est en état de consentir à une relation sexuelle.

VIDÉO - Pascale Causier nous raconte l’accompagnement sexuel qu’elle a suivi pour “se réparer de ses viols”

La comédienne Andréa Bescond fait partie de ceux qui ont mené la charge, avec un message fort pour accompagner sa photo : "1992. J’ai 13 ans. J’ai une tête à consentir à une relation sexuelle ? Qui plus est, avec un majeur ?" interroge-t-elle.

© Capture d'écran Twitter / Instagram
© Capture d'écran Twitter / Instagram

Cette dernière se sent d'autant plus concernée qu'elle a elle-même été victime d'un pédocriminel durant son enfance. Au même titre, Flavie Flament a de nouveau évoqué les viols qu’elle a subis et dont elle accuse le photographe David Hamilton, avec un cliché de son enfance : "J’avais 13 ans. Et j’ai été violée par David Hamilton. Aurais-je pu être consentante ?"

© Capture d'écran Twitter / Instagram
© Capture d'écran Twitter / Instagram

Un mouvement qui prend de l'ampleur

Grâce au soutien de nombreuses personnalités telles qu'Alexandra Lamy, Marie Fugain, Mademoiselle Agnès, Laurence Boccolini ou Xavier de Moulins, la mobilisation n'a cessé d'augmenter au cours du week-end sur les réseaux sociaux. Stars et particuliers, main dans la main, ont interpellé le Sénat, l'Assemblée nationale, et même directement sénateurs et députés dans l'espoir de faire entendre leur voix.

© Capture d'écran Twitter / Instagram
© Capture d'écran Twitter / Instagram
© Capture d'écran Twitter / Instagram
© Capture d'écran Twitter / Instagram
© Capture d'écran Twitter / Instagram
© Capture d'écran Twitter / Instagram
© Capture d'écran Twitter / Instagram
© Capture d'écran Twitter / Instagram
© Capture d'écran Twitter / Instagram
© Capture d'écran Twitter / Instagram

Tristane Banon, elle, a même été jusqu'à interpeller Emmanuel Macron après un post de ce dernier sur les violences sexuelles contre les enfants : "J’en déduis donc, Monsieur le Président, que vous êtes contre un seuil d’âge de non-consentement à 13 ans et que vous allez, comme nous sommes si nombreux à le demander, ‘agir’ pour qu’il soit ramené à 15 ans ? 18 en cas d’inceste !"

© Capture d'écran Twitter / Instagram
© Capture d'écran Twitter / Instagram

À noter que ce dernier avait affirmé en 2017 lors de son discours sur la lutte contre les violences faites aux femmes : “J'ai une conviction personnelle que je veux vous partager, nous devons aligner l'âge de consentement sur celui de la majorité sexuelle, à 15 ans, par souci de cohérence et de protection des mineurs”.

Ce contenu peut aussi vous intéresser :

A LIRE AUSSI

> #MeTooInceste - Christine Angot : "L'inceste, c'est une manifestation de pouvoir. Tant qu'il y aura une fascination de la société pour le pouvoir et ses manifestations, il y aura forcément des abus de pouvoir"

> Un Français sur dix a déjà été victime d'inceste, un sujet qui reste encore tabou

> Inceste - Brigitte Macron face au tabou : "Il faut que ça explose"