Publicité

Baiser forcé : Woody Allen défend Luis Rubiales, « il ne l’a pas violée »

Interrogé par le quotidien « El Mundo », le réalisateur Woody Allen a donné son avis sur le baiser forcé de Luis Rubiales à Jenni Hermoso. Des propos qui font polémique.

Présent à la Mostra de Venise pour son dernier long-métrage « Coupe de cœur », le réalisateur Woody Allen, 87 ans, a donné son avis sur le baiser forcé de Luis Rubiales à la joueuse professionnelle Jenni Hermoso. Interrogé par le quotidien espagnol « El Mundo », le réalisateur a confié qu’il ne voyait pas le « mal ». Pourquoi lui a-t-on demandé son avis ? On ne sait pas. Mais sa réaction a de quoi alimenter la polémique.

Pour rappel, alors que l’équipe féminine espagnole de football remportait la Coupe du monde 2023, son entraîneur Luis Rubiales infligeait un baiser forcé à la capitaine Jenni Hermoso. Un moment filmé et vu du public en direct et rapidement qualifié d’agression sexuelle. Sur les réseaux sociaux, la joueuse s’était rapidement exprimée :« Je me suis sentie vulnérable et victime d'une agression, d'un acte impulsif et sexiste, déplacé et sans aucun consentement de ma part ».

« Il ne l’a pas violé »

« Embrasser cette footballeuse était une erreur, mais il n’a pas brûlé une école. Il ne s’est pas caché et ne l’a pas embrassée dans une ruelle sombre. Il ne l’a pas violée, c’était juste un baiser et c’était une amie. Quel mal y a-t-il à cela ? », a réagi le réalisateur. « C’est difficile d’imaginer qu’une personne puisse perdre son emploi et être pénalisée de la sorte pour un baiser en public », a-t-il continué.

L’Américain est familier des agressions sexuelles puisqu’il est...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi