Publicité

Benoît Jacquot, Jacques Doillon et #MeToo : la fin de tout un système ?

Benoît Jacquot, Jacques Doillon et #MeToo : la fin d'un système ?
Semi-exclusif - Judith Godrèche et Sandrine Kiberlain -© Pierre Perusseau/Bestimage - BestImage, Pierre Perusseau / Bestimage
Benoît Jacquot, Jacques Doillon et #MeToo : la fin d'un système ? Semi-exclusif - Judith Godrèche et Sandrine Kiberlain -© Pierre Perusseau/Bestimage - BestImage, Pierre Perusseau / Bestimage

Judith Godrèche continue de libérer la parole, sa parole. Elle accuse désormais Jacques Doillon d'agressions sexuelles. Le cinéaste est également pointé du doigt par deux autres actrices. La fin d'un certain système du cinéma français ?

Judith Godrèche vient de porter plainte contre Benoît Jacquot, pour "viols avec violences sur mineur de moins de 15 ans commis par personne ayant autorité". Et dénonce une entreprise de "prédation". Mais également, des violences physiques, sexuelles, psychologiques diverses, relatées dans cette enquête dense du Monde.

Ce n'est cependant pas tout. Au micro de France Inter, Judith Godrèche est aussi revenue sur ce que lui aurait fait subir un autre cinéaste reconnu par la critique : Jacques Doillon. Elle relate une agression sexuelle qui aurait pris place dans le cadre de son film, La fille de 15 ans.

On l'écoute : "Sur le tournage, il a engagé un acteur (...), il l'a viré et il s'est mis à la place. Tout d'un coup, il décide qu'il y a une scène d'amour, une scène de sexe entre lui et moi. On fait 45 prises. J'enlève mon pull, je suis torse-nu, il me pelote et il me roule des pelles".

Sa compagne de l'époque, Jane Birkin, en a également témoigné dans son journal intime paru en 2018, Munkey Diaries : "Il embrassait vingt fois de suite Judith Godrèche en me demandant quelle était la meilleure prise. Une vraie agonie !". Mais ce n'est pas tout...

La fin d'un certain système du cinéma français ?

C'est également les essais dudit film que Judith Godrèche relate. "Doillon me demande un jour de m'allonger sur le lit et il me dit que pour la respiration, il faut qu'il se rapproche de moi pour pouvoir vraiment...

Lire la suite


À lire aussi

Merci pour les travaux : Valérie Damidot tacle les harceleurs grossophobes
Sensible, poétique, féministe : ce roman graphique est une merveille de douceur
Victime de violences sexuelles, Jeanne Mas veut qu'on "éduque les hommes"