"C'était de l'acharnement" : Kelly Helard nous parle de son culte maladif de la minceur

"Quand on fait attention à son poids 24h/24, on ne vit plus" constate tristement Kelly Helard. Si elle semble aujourd’hui avoir un meilleur rapport avec son corps, cela n’a pas toujours été le cas. Jusqu’à sa majorité, l’ancienne candidate de télé-réalité ne pense pas à son poids : "Pour moi, j’étais une fille ordinaire". Elle confie avoir peut-être eu un léger complexe concernant sa poitrine. Mais tout bascule lorsqu’elle participe à l’émission "Les Ch’tis" : elle a alors 19 ans.

"Tu es grosse alors que tu es danseuse" : voilà ce qu’elle entend de la part de ses camarades de tournage. Sur les réseaux sociaux, les gens "n’y vont pas de main morte" non plus. "C’était vraiment de l’acharnement" dénonce Kelly Helard. "Quand je regarde mes photos d’avant, je me trouvais bien en fait". À la suite de l’émission, la jeune femme décide donc de perdre du poids.

Elle dit avoir choisi la facilité. Elle fait un peu de vélo elliptique, mais elle prend surtout "des choses illégales en France", comme le Clenbutérol. Cette substance active est à l’origine utilisée par les vétérinaires pour traiter les affections broncho-pulmonaires chez certains animaux. Pour l’humain, l’effet est tout autre. Le cœur de Kelly Helard bat comme si elle passait ses journées à courir. "Tu élimines tout, sauf que ton cœur peut s’arrêter d’un moment à l’autre" explique-t-elle.

Or, le Clenbutérol n’est pas assez rapide. L’auteure de Tout ça pour mon poids (Talent Éditions) se tourne donc vers des drogues dures, telles (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles