Charline Vanhoenacker : "l'extrême-droite au pouvoir, ça ne devrait rien changer, sauf si vous êtes homo, chômeur, noir, pauvre, féministe..."

A l'aube des Législatives du 30 juin 2024, la reine de l'humour fait ses adieux à France Inter en taclant l'extrême droite avec un humour plus grinçant que jamais.

C'est ce qui s'appelle partir en beauté ! Suite à la démission collective de la team "Grand dimanche soir" en réaction au licenciement pour faute grave de Guillaume Meurice, l'ambiance n'est pas vraiment au beau fixe sur les ondes de France Inter. Et pour sa dernière chronique, la reine du rire Charline Vanhoenacker a abordé une actu qui ne contraste pas par son attrait feel good : l'arrivée potentielle de l'extrême-droite au pouvoir en cas de dominance du RN aux futures élections législatives, élections dont le premier tour prendra place le dimanche 30 juin.

Sur le plateau très agité (les réactions du public sont toujours très vives) du Grand dimanche Soir, la journaliste Belge est venue décocher avec une gravité sourde une réflexion des plus piquantes. On l'écoute : "Certains disent que l'arrivée de l'extrême-droite au pouvoir ne devrait rien changer en France. Effectivement, cela ne pourrait rien changer... sauf si vous êtes homo, chômeur, féministe, pauvre, féministe..."

"...et si vous n'êtes pas écolo, pas juif, pas noir, pas musuman, pas trans, pas famille monoparentale, pas humoriste, pas syndicaliste...". Une pique qui n'est pas passée inaperçue. Loin de là !

Une "blague" de Charline Vanhoenacker à propos de l'extrême droite qui éclot à l'heure de mobilisations militantes et citoyennes

La "blague" de l'humoriste plus mordante que jamais - elle a également dénoncé avec une verbe décomplexée "les patrons...

Lire la suite


À lire aussi

"Nous courrons toutes un vrai danger" : les féministes dénoncent la menace que fait peser l'extrême droite sur les droits des femmes
En cinq ans, le RN a gagné dix points dans l'électorat féminin : pourquoi les femmes votent extrême droite ?
"J'ai été violée à 10 ans, et ça ne finit jamais" : Lio parle, et nous devons l'écouter