Chouette, hibou, buse... Quand les oiseaux de proie font leur thérapie

© Getty Images/iStockphoto

La scène se passe dans un Ehpad : une dizaine de participants assis en cercle découvrent fascinés le petit hibou que leur a amené l'association Chouettes du cœur. Au début, il y a du brouhaha, les histoires se bousculent. Puis les bénévoles de l'association proposent aux résidents de mettre un gant de fauconnier pour accueillir à la volée d'oiseaux de proie. Le calme revient. Tout le monde est concentré...

Plus tard, les participants sortent pour faire voler une buse. Il y a une qualité de silence exceptionnelle lorsque chacun observe le vol de l'oiseau ou écoute son chuintement lorsque celui-ci vient se poser près de son oreille... "L'aide thérapeutique au moyen d'oiseaux de proie a nombre de bénéfices, explique Catherine Josselin, cofondatrice de l'association Chouettes du cœur, créée en 2007. Elle fait travailler le corps, stimule les sens, renforce les capacités motrices et cognitives. Côtoyer ces oiseaux issus de la faune sauvage procure une émotion intense qui apaise l'anxiété." Une thèse en cours à l'université de Nanterre se consacre au sujet pour valider scientifiquement ces bienfaits.

L'association intervient auprès de personnes âgées et fragilisées, en situation de handicap ou de difficulté sociale, mais aussi d’enfants en milieu hospitalier. Lorsque la chouette effraie, le petit hibou africain ou le grand duc européen font leur apparition, les participants ouvrent de grands yeux émerveillés et mettent leurs angoisses à distance. Depuis quelques années, l'abbaye de Cîteaux (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite