Christophe Ono-dit-Biot : « L'idée de virilité ne me parle pas du tout »

©Domine Jerome/ABACA

L'auteur de « Plonger » nous parle de « Trouver refuge », son nouveau roman en clair-obscur, tendre et inquiétant, intime et épique.

C’est l'histoire d'un père et de sa fille fuyant la France, tombée aux mains d’un homme faussement paternel qui a instauré, mine de rien, un régime nationaliste et autoritaire. Ils vont « Trouver refuge » au mont Athos, un éden loin du fracas du monde. Cette odyssée classique révèle une dystopie moderne dans laquelle l’auteur et journaliste dénonce les dérives d’une société qui voudrait étouffer toute forme de liberté. Mais Christophe Ono-Dit-Biot parle aussi de transmission, de sensations, d’émotions. De ce qu’un père peut enseigner à son enfant et inversement. Découvrir le monde à travers le regard d’une petite fille est un émerveillement perpétuel. Avec son sens du romanesque, « Trouver refuge » nous donne les clés pour rester humain face à l’adversité.

Lire aussi >> Virginie Despentes : « Un féminisme plus festif, ça nous ferait pas de mal » 

ELLE. Quel a été le déclic pour écrire ce livre ?             

CHRISTOPHE ONO-DIT-BIOT. Tout est parti d’une image. Celle de la main d’une petite fille dans celle de son père, comme un plan rapproché au cinéma. Deux mains qui se tiennent et qui se donnent de la force.             

ELLE. Vous racontez la fuite d'un homme avec sa fille qui partent « Trouver refuge » au mont Athos. Qu'a-t-il de si particulier, cet endroit ?       

C.O.-D.-B. Je l’ai découvert à 20 ans, comme le personnage dans le livre, et je m’y suis immédiatement senti bien. C’est un lieu...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi