Publicité

Codéine et dihydrocodéine : quelles différences ?

Bien que la codéine et la dihydrocodéine soient des molécules apparentées, elles possèdent des différences importantes. Ces molécules ont notamment un délai et une durée d’action différents. Les précautions d’emploi de ces médicaments peuvent également diverger.

La codéine est un antalgique qui appartient à la famille des opioïdes faibles. La codéine est une molécule qui est, comme la morphine, dérivée de l’opium. La codéine est un médicament utilisé pour traiter les douleurs, et qui peut être associé à une autre molécule, par exemple du paracétamol. La codéine peut également être utilisée pour traiter la toux, car elle possède une action dépressive sur le système respiratoire.

Comme pour toute molécule de la famille des opiacés, la prise de codéine expose à des risques de dépendance, notamment si le traitement est prolongé dans le temps. Il est à noter qu’une petite partie des personnes, appelées « métaboliseurs rapides », peuvent subir des effets indésirables plus forts. A contrario, certaines personnes appelées « métaboliseurs lents » peuvent voir les effets de la codéine être amoindris. Les doses doivent être scrupuleusement suivies, en raison du risque de dépendance, et il faut également faire attention au surdosage de paracétamol quand la codéine est associée à cet antalgique. La codéine (tout comme la dihydrocodéine) ne doit pas être associée à de l’alcool, à des médicaments agonistes-antagonistes de la morphine, ou à des médicaments sédatifs.

La dihydrocodéine est un dérivé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite