Connaissez-vous la vraie histoire du canelé de Bordeaux ?

·1 min de lecture

Il est souvent difficile de retrouver l’origine exacte d’une recette. Au fil des ans, les histoires se succèdent, certains détails sont oubliés, d’autres ajoutés. Découvrez les légendes autour des canelés, cette gourmandise bordelaise et sa recette.

Canelé, cannelé, canolet…

Selon la version courante, les canelés auraient vu le jour au XVIIe siècle, dans le couvent des Annonciades, à Bordeaux. À l’époque, les sœurs avaient pour habitude de récupérer la farine provenant de sacs de marchandises éventrés sur le port de Bordeaux. La farine était ensuite mélangée à des jaunes d’œufs provenant de l’activité viticole locale. En effet, le blanc des œufs servait, à l’époque, au collage du vin et permettait sa coagulation. Plutôt que d’être jetés, ils étaient alors récupérés pour confectionner des pâtisseries comme les canelés. À cela, elles ajoutaient ensuite des produits importés des îles, faciles à trouver dans le port marchand. C’est pourquoi on retrouve du sucre de canne, de la vanille et du rhum dans les canelés.
Bien que plausible, cette version peut toutefois être remise en question. Les fouilles faites sur le site du couvent n’ont révélé aucune trace de moule à canelés… En revanche, on a retrouvé plusieurs mentions des « canelats », des friandises tressées et frites dans du saindoux. Il est donc possible que la légende du couvent des Annonciades ait émergé à la suite d’une confusion entre les deux noms.

Une autre histoire raconte que le canelé ne serait pas sans rapport avec le canole. Cette pâtisserie torsadée, confectionnée à partir d’œuf et de farine, était une spécialité originaire de Limoges. Le canole y était tellement populaire...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles