Coronavirus et masturbation : il n'y a pas de mal à se faire du bien !

Vous ne savez pas quoi faire en plein confinement ? L'activité idéale est toute trouvée : faites-vous du bien. Masturbez-vous, branlez-vous, doigtez-vous, peu importe l'expression que vous aimez utiliser, de la plus désuète à la plus crue. L'important est de prendre du plaisir, surtout en cette période difficile. Et ce, pour tout un tas de bonnes raisons. Alors, lavez-vous les mains, installez-vous confortablement, et laissez place au plaisir...

Même si Emmanuel Macron s'est refusé à prononcer le mot "confinement" dans son allocution télévisée, la situation est là. Les sorties sont strictement limitées, et pour de nombreuses personnes, rester enfermer chez soi rime avec ennui, monotonie. Surtout que le sexe devient compliqué dans cette équation. Si le Covid-19 n'est pas considéré comme une maladie sexuellement transmissible, le sexe impose malgré tout une certaine promiscuité, propice à la transmission du virus. "Il se transmet lors de contacts étroits par l’inhalation de gouttelettes infectieuses émises lors d’éternuements ou de toux par le patient ou après un contact avec des surfaces fraîchement contaminées par ces secrétions", rappelle Santé Publique France. Or, difficile de faire plus étroit et rempli de sécrétions comme contact qu'une étreinte à caractère sexuel. 

La solution, c'est la masturbation

La confinement va avoir de nombreuses conséquences sur la vie des Français. Certaines personnes refusent d'ores et déjà le moindre acte sexuel pour éviter les risques de contamination. Pour les autres, des couples se retrouvent séparés, confinés dans différents endroits, et la situation rend difficile le fait de rejoindre son amant, sa maîtresse, ou même d'organiser un simple rencard Tinder : ces options ne sont pas disponibles dans les attestations sur l'honneur fournies par le gouvernement. 

Pas de sexe pendant deux semaines, voire plus ? Pas de quoi se réjouir, pas vrai. Heureusement, il n'y a pas que la pénétration dans la vie, et pas de relations sexuelles ne signifie pas que l'on ne peut pas se masturber. Au contraire, c'est même recommandé ! Sans tomber dans les légendes urbaines des réseaux sociaux et autres chaînes Whatsapp qui affirment que la masturbation empêche de tomber malade, le fait de prendre du plaisir a des bénéfices sur la santé. 

Plusieurs études l'ont prouvé : l'amour avec la main possède notamment des vertus anti-stress, idéale pour lutter contre l'atmosphère angoissante de la situation. L'orgasme entraîne la sécrétion d'hormones du bien-être, et la dopamine, l'ocytocine et la sérotonine vont venir apporter une vague de bonheur, tout en régulant les niveaux de cortisol, l'hormone du stress. Par ailleurs, ces hormones vont aussi aider à booster notre système immunitaire, ce qui ne peut pas faire de mal dans le contexte actuel. 

A deux, en solo, en vidéo ou devant un porno ? 

Si vous vivez le confinement en solo, les options sont larges pour vous faire du bien. Si vous n'avez pas encore investi dans un sextoy, sachez que les ventes en ligne fonctionnent toujours, mais attention aux ruptures de stocks : les ventes de jouets coquins ont explosé à travers le monde depuis le début de l'épidémie. Mais vos mains, tout comme la technique du dry humping fonctionnent également à merveille pour vous donner du plaisir. D'autant que ce n'est pas la stimulation visuelle qui manque. Pour rendre le confinement plus doux, Pornhub a décidé de rendre gratuit l'accès à ses contenus premiums, et des sites tels que Le Bon Fap proposent des vidéos coquines légales, c'est-à-dire sans risque de tomber sur un revenge porn. 

Le confinement à deux n'empêche pas de prendre du plaisir en duo, mais sans se toucher. C'est d'ailleurs l'occasion idéale de sortir du cadre de la pénétration. Installez-vous face à face ou à côté de votre partenaire, et caressez-vous les yeux dans les yeux. La température devrait grimper aussi vite que le plaisir, et cela aura pour avantage de briser le tabou de la masturbation au sein du couple, que certains considèrent comme une tromperie.

Enfin, si vous vivez une relation à distance, pourquoi ne pas tenter une petite session de sexe virtuel avec votre partenaire, via messages, photos ou vidéos interposés. Bien sûr, mieux vaut faire cela avec un partenaire de confiance, mais l'excitation devrait être au rendez-vous... 

A LIRE AUSSI

> Coronavirus et masturbation : il n'y a pas de mal à se faire du bien !

> J'ai testé... Le sextoy qui se contrôle à distance

> J’ai testé… Les sextoys qui promettent un orgasme en moins de trois minutes