Publicité

Dipsomanie : quelle différence avec l'alcoolisme et comment la traiter ?

La dipsomanie, également appelée méthilepsie ou méthomanie, fait partie des formes d’alcoolisme paroxystiques intermittentes (API) également appelées "binge drinking". Cette maladie mentale rare se caractérise par l'alternance d'épisodes de consommation massive de liquides toxiques (particulièrement d'alcool) et de périodes d'abstinence plus ou moins longues.

"Les crises de survenue brutale, une à six fois par an, peuvent s’accompagner de troubles importants du comportement. Apparentées aux somalcooloses, elles sont précédées d'une lutte anxieuse sans pouvoir de résistance et suivies de sentiment de culpabilité. L’évolution se fait souvent vers des formes plus classiques d'alcoolisme intermittent", indique l'Académie nationale de Médecine.

En France, l’alcool occupe toujours une place importante dans le quotidien. D’après le Baromètre santé 2020 de Santé Publique France, 23,7% de la population âgée de 18 à 75 ans dépassaient les repères fixés de consommation d'alcool, les hommes étant davantage concernés que les femmes (33,5% contre 14,9%). En 2021, SPF recensait encore 41 000 décès et 30 000 cancers liés à la consommation d’alcool.

Il existe des degrés de sévérité qui vont de l’abstinence (aucune prise d’alcool) à la dépendance avérée, selon un continuum d’intensité. Le diagnostic de l’alcoolisme, et donc de dépendance à l’alcool, repose sur des critères bien définis. Ils ont été fixés par des instances internationales de santé mentale et répertoriés dans un manuel, le Diagnostic (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite