L’influenceuse Kelly Helard livre un témoignage fort sur sa dépendance à la drogue "pour maigrir" et alerte

L’influenceuse Kelly Helard livre un témoignage fort sur sa dépendance à la drogue
L’influenceuse Kelly Helard livre un témoignage fort sur sa dépendance à la drogue "pour maigrir" et alerte

Elle a été l’une des figures emblématiques de l’émission de télé-réalité "Les Ch’tis". Dix ans plus tard, Kelly Helard a donné naissance à deux enfants et s’illustre désormais dans l’émission "Mamans & célèbres" sur TFX. Tout récemment, c’est dans son livre "Tout ça pour mon poids" que la jeune femme a levé les tabous sur un sujet ô combien important : la perte de poids à tout prix, quitte à tomber dans la drogue.

Un tempérament de feu et des scènes désormais cultes : en quelques années dans l’univers (impitoyable) de la télé-réalité, Kelly Helard s’est illustrée à bien des égards. Et si elle est aujourd’hui maman de deux enfants, la jeune femme originaire du nord de la France a choisi de conter son histoire, singulière, dans les pages de son livre au titre plus qu’évocateur : "Tout ça pour mon poids". Car, dans son désir incontrôlable de perdre du poids, Kelly Helard est allée très loin.

Vidéo. Kelly Helard et Neymar (Mamans et célèbres) à nouveau parents

Des "Ch’tis" à la descente aux enfers

Retour en 2011. À cette époque, un ovni télévisuel débarque sur W9 : "Les Ch’tis à Ibiza". Lancée par la productrice Alexia Laroche-Joubert, l’émission de télé-réalité propose de suivre une joyeuse bande de jeunes gens, tous et toutes originaires du Nord-Pas-de-Calais. "J'en avais marre de caster des gens du Sud, il n'y a que des bimbos. J'avais des clichés sur le Nord, je n'y serais jamais allée pour faire un casting avant. On va systématiquement dans le Sud parce que les gens y sont haut en couleur. Mais il n'y a que des cagoles" expliquait Alexia Laroche-Joubert. À l’époque, les audiences sont au rendez-vous, en dépit des critiques acerbes de la presse, qui parle, entre autres, d’une "télé-réalité affligeante."

C’est dans ce contexte que le grand public découvre Kelly Helard. Alors encore étudiante, elle fait les beaux jours du show, notamment à travers les tumultes de son couple. Son job dans l’émission ? Danseuse en boîte de nuit. Le physique est primordial. D’autant que Kelly se retrouve très vite en compétition avec d’autres candidates de l’émission. C’est là que, dit-elle, elle commence à subir des moqueries de ses camarades d’antenne. "On m'avait proposé un psy à l'époque mais je n'ai pas compris pourquoi. Je disais que j'allais bien. Les remarques m'ont quand même touchée, c'est pour ça que j'ai voulu perdre du poids. Mon harcèlement a été visible à la télé mais souvent ça se passe dans la cour d'école dans le plus grand secret" a-t-elle confié dans un entretien accordé à Purepeople. C’est le début de la descente aux enfers pour la jeune Ch’ti, désireuse d’entrer dans des codes esthétiques déjà prédéfinis : "Je suis tombée dans la drogue. Il y en a qui vont jusqu'à se suicider."

"La drogue c’était matin, midi et soir"

"Ma première perte de poids était grâce à la drogue (...) Le speed, ça coupe l'appétit, tu élimines plus vite et tu ne dors pas. J'allais en cours, je faisais des bookings, des tournages.... Ça me permettait de tenir et j'oubliais ce qui me contrariait, comme le harcèlement que je subissais" a lâché Kelly Helard dans l’émission de Sam Zirah sur Youtube, "Au jour d’aujourd’hui". La drogue pour ne plus avoir faim, et ne surtout pas ternir une image publique déjà construite par la production du show. Dans cette obsession de la minceur, Kelly Helard allie même la consommation de drogues à la prise de compléments alimentaires, dont le Clenbutérol, une substance active dont la vente est formellement interdite en France. Tout cela, la jeune femme l’a caché à sa famille. Jusqu’à ce qu’elle rencontre son mari. "Il le leur a dit pour m'aider à m'en sortir. Ma mère ne s'en était pas rendu compte. Après, j'étais déjà un peu tombée dans la drogue avant à cause de mon ex, pour tenir en boîte de nuit. C'était occasionnel. Mais ensuite je suis vraiment tombée dedans quand j'ai voulu maigrir. C'était matin, midi et soir. J'ai réussi à perdre énormément mais aujourd'hui, quand je revois les photos de l'époque, je me trouve horrible" confie-t-elle à Purepeople.

Vidéo. Kelly Helard addict à la drogue par le passé : ses confidences sans filtre

Car en plus d’avoir à gérer le harcèlement qu’elle dit avoir subi sur les tournages des émissions de télé-réalité, Kelly Helard a croulé sous les moqueries et critiques des internautes. Difficile d’être un personnage public lorsque l’on entretient une telle relation avec son propre corps. Des années plus tard, l’influenceuse nuance : "Je ne dis pas que c'est la faute des personnes qui m'ont critiquée sur mon physique, c'est moi qui suis tombée dedans. Mais peut-être que si on ne m'avait pas tout le temps dit 't'es grosse'... Heureusement je m'en suis bien sortie grâce à mon mari."

Aujourd’hui, Kelly Helard s’estime chanceuse de n’avoir "eu aucune conséquence" de sa dépendance à la drogue qui a duré quatre ans. Mais elle veut plus que tout alerter les jeunes consciences : "J’ai perdu ma meilleure amie, elle m'a tourné le dos à cause de ça, au lieu d'essayer de m'épauler. Ça a été vraiment très dur. C'était mon seul regret. Aidez vos amis si vous êtes au courant de quelque chose."

Une opération de chirurgie esthétique catastrophique

Si elle a arrêté la drogue, Kelly Helard a ensuite vécu des périodes particulièrement douloureuses, notamment à cause de sa prise de poids, survenue après sa première grossesse. Après une liposuccion sur laquelle elle n'a jamais fait aucun secret. Et là aussi, la jeune maman veut plus que tout sensibiliser, à l'heure où les actes. chirurgicaux sont de plus en plus décriés à mesure que de nombreuses personnes se laissent tenter. Car Kelly Helard, comme d'autres candidates de télé-réalité à l'image de Milla Jasmine, a vécu une opération traumatisante en voulant augmenter le volume de ses fesses.

"Je voulais refaire mes fesses, alors que j'aurais pu avoir un résultat en faisant du sport. Je leur avais dit de ne pas faire trop gros et ce n'était pas le cas. En plus, c'était rempli de cellulite, il y avait des trous partout. C'est la honte, c'est horrible", a-t-elle confié sans filtre à Purepeople. Aujourd'hui, Kelly Helard déplore une certaine idée du corps féminin véhiculé sur les réseaux sociaux : "On ne le dit pas sur les réseaux sociaux. Les filles mettent des filtres sur les réseaux pour que ça ne se voie pas. On m'avait dit qu'on allait m'opérer gratuitement en Tunisie donc j'y suis allée. Mais je n'étais pas contente du résultat et je me suis dit que j'aurais dû bien me renseigner avant. J'ai peut-être influencé d'autres personnes et je le regrette."

À lire aussi :

>> Kelly Helard : Son 2e mariage avec Neymar, ses premières révélations

>> Accusations de harcèlement, appel au boycott : NRJ12 dans la tourmente

>> Milla Jasmine alerte sur les dérives de la chirurgie esthétique : "J’ai fait des injections aux fesses qui me font très peur aujourd’hui"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles