Fertilité : la consommation quotidienne d'alcool réduit-elle les chances d'avoir un enfant ? Une étude répond

Inside Creative House / iStock

L'alcool est un "produit psychoactif" qui peut avoir des conséquences sur le court comme sur le long terme, indique Santé Publique France sur son site. Si sa consommation régulière peut provoquer des cancers ou encore augmenter le risque d'hypertension artérielle, elle peut également affecter la fertilité.

Ce sont les conclusions de travaux chinois, dévoilés le 19 octobre dernier dans la revue Acta Obstetricia et Gynecologica Scandinavica (AOGS). Leur méta-analyse a réuni une dizaine d'études, qui ont porté sur 26.922 femmes et/ou leurs conjoints, ayant subi une fécondation in vitro (FIV) ou une injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI).

Si la consommation régulière de caféine n'est "pas significativement associée au taux de grossesse et au taux de naissance vivante", il n'en est pas de même que la consommation d'alcool. En effet, les chances de tomber enceinte après une FIV diminueraient de 7% chez les femmes buvant 84 g d'alcool par semaine (soit un verre par jour). En ce qui concerne les hommes, les chances de devenir papa après une ICSI se réduiraient de 9% dès lors que la consommation d'alcool était quotidienne.

Or, ce ne sont pas les seules répercussions relevées par les scientifiques. "Dans le processus de métabolisation de l'alcool, des espèces réactives de l'oxygène (ERO) peuvent se former", ajoutent-ils. Cela donnerait lieu à du stress oxydatif, qui pourrait lui affecter le système reproductif et même contribuer à favoriser l'endométriose ou encore le syndrome (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite