​Glucose révolution : 8 règles d’or pour adopter cette méthode et garder la ligne

© Getty Images/iStockphoto

Ce qui nous joue des tours sur la balance, c’est le glucose, et surtout les pics de glycémie. Les éviter permettrait de déstocker. Car quand un repas est suivi d’une augmentation importante de la glycémie, l’organisme sécrète une grande quantité d’insuline, chargée de réguler le taux de glucose sanguin. Le hic : l’insuline en excès favorise le stockage des graisses. Plus il y a d’insuline, plus la glycémie redescend, si bien qu’on risque l’hypoglycémie, qui se traduit par une sensation de faim. La méthode de la biochimiste Jessie Inchauspé vise à éviter les fortes variations de glycémie, en réduisant l’index glycémique des repas. Cela revient à éviter de manger les aliments glucidiques de façon isolée, en privilégiant leur consommation au sein de repas équilibrés.

Le glucose est le seul sucre circulant dans l’organisme. Il constitue le carburant unique du cerveau et de nombreux organes comme le cœur, les reins, et les muscles en ont besoin. Il n’est donc pas question de s’en passer, mais de gérer sa quantité dans le sang. Les aliments qui le fournissent sont tous ceux qui apportent des glucides :

Pâtes, riz, pommes de terre, patate douce, quinoa ou légumes secs, ainsi que biscottes et céréales de petit-déjeuner. Ils contiennent de l’amidon, une grosse molécule décomposée en glucose lors de la digestion.

Confitures, chocolats, biscuits, pâtisseries, glaces et sodas. Ils sont principalement sucrés par du saccharose (nom scientifique du sucre normal), qui est décomposé en glucose (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite