Halloween : c’est quoi le cobwebbing, cette nouvelle tendance amoureuse dont on devrait s'inspirer ?

Getty Images

Si, pour certain·e·s, Halloween est l’occasion de sortir leur plus beau costume de vampires ou de sorcières, pour d’autres, c’est l’heure de mettre les vieux fantômes du passé au placard. Par fantômes du passé, on entend toustes ces ex que l’on a un peu de mal à oublier et qui nous empêchent de tourner la page. Vous savez, celleux qui continuent de nous hanter même des années plus tard, mais sur lesquel·le·s on est (enfin) décidé à faire une croix. Pour celleux qui hésitent, c’est le moment ou jamais. Et si vous ne savez pas comment faire, surfez simplement sur la tendance du "cobwebbing", littéralement "toile d’araignées" en français. Elle consiste à faire le tri dans ses relations et à se libérer l’esprit de ses anciens crushs ou amours toxiques. Le but étant, évidemment, de laisser la place à d’éventuelles nouvelles histoires.

Cela passe concrètement par l'idée de se débarrasser de souvenirs inutiles et douloureux, qu’il s'agisse de vieilles photos, de numéros de téléphone ou de cadeaux. Pour Caroline West, experte en relations amoureuses et sexualité chez Bumble, c’est une étape cruciale lorsque l’on souhaite entamer une nouvelle relation de couple sur des bases saines. "S'accrocher à des relations passées - qu'il s'agisse de numéros de téléphone, de messages ou même d'un vieux t-shirt - peut vous empêcher de sortir avec quelqu'un, car vous n'êtes pas concentré sur le présent", a-t-elle expliqué à Metro, ce jeudi 27 octobre. "En 'débarrassant’ activement votre environnement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Dawn dating : cette tendance amoureuse digne d'un film de Noël qui enlève la pression du premier rendez-vous
Sexo : voici le lieu à risque qui fait le plus fantasmer les Français
Qu'est-ce que le "sponti-dating", cette technique de drague qui promet de vous faire faire de belles rencontres ?
"Single shaming" : et si on arrêtait de culpabiliser les célibataires ?
"Le sexe n'est pas ma priorité" : Drew Barrymore est abstinente depuis six ans, et tout va bien