Harcèlement dans le jeu vidéo : le gouvernement veut « faire cesser cette haine en ligne »

© Getty Images

Le gouvernement va organiser « dans les prochains jours » une réunion entre victimes de cyberharcèlement, responsables de l’industrie du jeu vidéo, plateformes de streaming et principaux réseaux sociaux.

Il faut « faire cesser cette haine en ligne inacceptable », a annoncé Jean-Noël Barrot, le ministre du numérique, en ouverture de la Paris Games Week, le principal salon français du secteur.

Avec la ministre déléguée à l’Égalité Femmes-Hommes Isabelle Rome, « je souhaite que nous réunissions tous les acteurs concernés dans les prochains jours », pour identifier « les bonnes solutions » pour mettre fin aux pratiques de cyberharcèlement qui gangrènent le milieu du jeu vidéo.

Une multitude de témoignages glaçants ont secoué ces derniers jours le monde des streamers français, ces joueurs et joueuses de jeux vidéo qui partagent et commentent leurs parties en direct. Plusieurs figures féminines ont dénoncé, preuves à l’appui, les cyberviolences sexistes et sexuelles qu’elles subissent depuis des années sur les réseaux.

Présents essentiellement sur Twitch, propriété du géant Amazon, les principaux streamers francophones sont des figures masculines comme Squeezie, dont la chaîne a connu des pics d’audience d’un million de spectateurs.

Mais ce sont les streameuses, comme Maghla qui ont lancé l’alerte, en partageant leurs histoires : insultes dans leurs chats, commentaires sur leurs tenues, montages de leurs visages sur des images pornographiques… Sur les plateformes Reddit ou Discord, des thread entiers sont consacrés au partage de photos et de commentaires sexistes sur les streameuses.

< blockquote class = "twitter-tweet"> < p lang = "fr" dir = "ltr">REDDIT Y a des pages entières de gens qui...Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi