Herpès génital chez l'homme : le reconnaître, le traiter

Herpès génital : qu'est-ce qui le provoque et comment l'attrape-t-on ?

L’herpès génital fonctionne comme son cousin l’herpès labial ou buccal (le fameux bouton de fièvre). Une fois contracté lors de ce que l’on appelle une primo-infection herpétique, le virus “s’endort” dans l’organisme, et peut “ se réveiller” par la suite sous la forme de récurrences (ou récidives). On parle alors de poussées d’herpès génital. Dans ce sens, l’herpès génital est qualifié d’infection sexuellement transmissible chronique, puisque l’on ne s’en débarrasse jamais vraiment.

Deux virus peuvent en fait être à l’origine de l’herpès : le type 1, aussi appelé herpès simplex 1 ou HSV1, responsables d’infections herpétiques dans le haut du corps (herpès du visage, principalement labial ou buccal) ; et le type 2, ou HSV2, à l’origine d’infections dans le bas du corps, et notamment sur les parties génitales. Notons qu’il arrive que des herpès génitaux résultent du virus HSV1, notamment du fait de pratiques sexuelles bucco-génitales (fellation, cunnilingus, anulingus). D’où l’intérêt d’éviter ce type de pratique si l’on a une poussée d’herpès labial ou buccal, ou de prévenir son ou sa partenaire du risque de contagion.

La transmission du virus de l’herpès génital s’effectue de la même manière chez la femme et chez l’homme : par contact direct de muqueuse à muqueuse lors de rapports sexuels avec un·e partenaire qui a des lésions, ou...

Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles