EN IMAGES – Les histoires d’amour de Jacques Prévert, disparu il y a 44 ans

·5 min de lecture
Getty Images
Getty Images

Le 11 avril 1977, Jacques Prévert s’éteignait à l’âge de 77 ans à Omonville-la-Petite, dans la Manche. 44 ans après la disparition du poète et scénariste français, ses mots délicieusement empreints de surréalisme, de tendresse, d’humour et d’engagement sont toujours d’actualité et encore récités dans les salles de classe. L’anniversaire de sa mort nous donne l’occasion de revenir sur les histoires d’amour qui ont souvent été une source d’inspiration pour l’auteur du recueil de poèmes Paroles.

Jacques Prévert et Simone Geneviève Dienne

Alors qu’il flirte avec le mouvement surréaliste et fréquente des artistes comme Aragon, Breton et Queneau, Jacques Prévert s’installe quelques temps à Montparnasse, à Paris. Il est hébergé au 54 rue du Château, dans un appartement appartenant à son futur éditeur Marcel Duhamel et où cohabitent de nombreux esprits créatifs. Il y reste quelques années et y vit avec Simone Geneviève Dienne, son amie d’enfance qu’il épouse le 30 avril 1925. Trois ans plus tard, le poète et sa femme violoncelliste- accompagnatrice de films muets, quittent ce repaire artistico-intello pour vivre modestement au pied de la butte Montmartre.

VIDÉO : Jacques Prévert, poète populaire :

La fin d’un mariage et le début d’une passion

Les années 30 marquent un tournant dans la vie artistique et sentimentale du poète. Il devient notamment dialoguiste de chefs d’œuvre cinématographiques. C’est à lui qu’on doit, entre autres, quelques répliques culte, parmi lesquelles : "Moi, j’ai dit bizarre ? Comme c'est bizarre…", extraite du film Drôle de drame, de Marcel Carné. Ou encore "On ne se marie pas pour être heureuse". Une phrase qu’aurait pu prononcer ironiquement Simone Geneviève Dienne, son épouse, que Jacques Prévert quitte pour entamer une nouvelle histoire d’amour.

Getty Images
Getty Images

Jacques Prévert et Jacqueline Laurent

En 1935, l’inventeur du "cadavre exquis", qu’il a également adapté en art pictural avec ses célèbres collages en papier, se rapproche de son ancien quartier de Montparnasse. Il s’installe avec sa nouvelle compagne boulevard Saint Germain. L’élue de son cœur est une jeune comédienne, de 18 ans sa cadette, dont le nom de scène est Jacqueline Laurent. Jacques Prévert est fou amoureux de l’actrice, qui donne la réplique à Jean Gabin dans Le jour se lève de Marcel Carné et dont il signe avec poésie les dialogues.

FilmPublicityArchive/United Archives via Getty Images
FilmPublicityArchive/United Archives via Getty Images

Une love story qui prend fin aux États-Unis 

Pendant près de 4 ans, le jongleur de mots et la comédienne forment un couple d’artistes dont les prénoms font penser à un duo de scène : "Jacques et Jacqueline" ! Pendant quelque temps, mademoiselle Laurent est pressentie pour jouer dans Quai des brumes, qui signe la 3ème collaboration entre Prévert et Carné. Mais c’est finalement Michèle Morgan qui s’entendra dire par Gabin la fameuse réplique : "T’as d’beaux yeux, tu sais". Qu’importe ! La jeune compagne du poète a d’autres projets cinématographiques. Notamment aux États-Unis où l’attend le tournage des Enfants du juge Hardy, de George B. Seitz. 

En 1938, Jacques Prévert embarque à bord du paquebot le Normandie pour accompagner celle qu’il surnomme son "bel amour tout neuf". Si l’Amérique fascine et inspire au poète la chanson Les cireurs de souliers de Broadway, qu’interprètera Yves Montand, elle va aussi lui voler sa compagne. Tentée par les sirènes hollywoodiennes, Jacqueline Laurent choisit de ne pas rentrer en France et de laisser son amoureux repartir seul…

Jacques Prévert et Claudy Carter 

Désormais de retour à Paris et marqué par sa rupture avec Jacqueline Laurent, Jacques Prévert ne s’attend pas à rencontrer rapidement une jeune fille qui va bouleverser sa vie et lui inspirer l’une de ses plus célèbres œuvres. 

C’est l’épouse de Desnos qui conseille à Claudy Carter, une adolescente abandonnée et désœuvrée de 16 ans, de rencontrer le poète-scénariste qui vient de souffler sa 38ème bougie. Il lui fait passer un bout d’essai pour un film et tombe éperdument amoureux de l’apprentie-comédienne. 

Elle devient une muse et une compagne dont il ne peut se passer. Lorsqu’ils ne peuvent se voir, il lui laisse des dessins accompagnés de mots doux et paternalistes. "Ça m’ennuie de te savoir souvent sous la pluie avec des chaussures qui peuvent prendre l’eau", écrit-il sur l’un d’entre eux.

Une rupture à l’origine d’un texte culte

Pendant près de 6 ans, Jacques Prévert et Claudy Carter vivent une histoire d’amour, au début interdite. Le scénariste des Visiteurs du soir et Des Enfants du paradis lui clame sa passion dans de longues lettres, véritable témoins épistolaires du feu qui l’anime.  

Mais l’aspirante-actrice fait la connaissance d’un footballeur professionnel et quitte le poète. Cette rupture bouleverse l’homme, dont le nom est porté par près de 500 établissements scolaires français. Puisant son inspiration dans les tourments de son cœur, il compose Les Feuilles mortes, qui sera adapté en chanson pour devenir l’un des titres phare du répertoire d’Yves Montand.

capture écran journal 20h/France 2/Ina.fr
capture écran journal 20h/France 2/Ina.fr

Jacques Prévert et Janine Fernande Tricotet 

L’artiste polymorphe français "voit les femmes avec une liberté étonnante pour l'époque", comme le souligne un article de Marie Claire et ne peut se passer longtemps de leur compagnie. Peu de temps après sa douloureuse séparation avec Claudy Carter, il fait la connaissance d’une apprentie danseuse. Trois ans après avoir rencontré Janine Fernande Tricotet, il devient papa pour la première fois, à 46 ans, avec la naissance de Michèle, en 1946.

Getty Images
Getty Images

Noces de perles 

Anticonformiste, Jacques Prévert se soucie peu des conventions et épouse la mère de sa fille, un an après la naissance de cette dernière. L’auteur de Paroles, le recueil de poèmes le plus vendu à ce jour, et Janine Fernande Tricotet vont former un couple solide et aimant pendant 30 ans. Elle restera à ses côtés jusqu’au décès, le 11 avril 1977, de celui qui aimait dire : "Untel est mort. Pourquoi irais-je à son enterrement puisque, j'en suis certain, il n'​ira pas au mien" !