Joséphine Baker « aurait refusé » d'entrer au Panthéon : son fils aîné était pourtant catégorique...

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Ce 30 novembre, la meneuse de revue et résistante Joséphine Baker est entrée au Panthéon. Un travail de longue haleine pour ses soutiens.

Joséphine Baker au Panthéon. L'idée avait germée dans la tête de l'intellectuel Régis Debray il y a 8 ans. Elle s'est concrétisée hier soir, à Paris. Devant le monument où reposent les Grands Hommes et Grandes Femmes de la République, un tapis rouge a été déroulé à la meneuse de revue et résistante d'origine américaine, naturalisée française.

« C’est une mauvaise idée, elle l’aurait refusée »

Dans sa tribune publiée par le Monde, en 2013, Régis Debray disait d'elle « Rien ne serait plus dépaysant, moins hypocrite et narcissique, que de hisser cette Américaine naturalisée en 1937, libertaire et gaulliste, croix de guerre et médaille de la Résistance, au cœur de la nation. Elle est à hauteur d'homme ». Grâce au collectif « Osez Joséphine » et une pétition qui a obtenu plus de 35 000 signatures, il a finalement obtenu de gain de cause.

Et pourtant ce n'était pas gagné... En effet, dans une interview accordée à France Dimanche, en 2015, son fils aîné Akio, expliquait un temps, à propos de cette panthéonisation « C’est une mauvaise idée, elle l’aurait refusée ». Et d'ajouter : « Ce qui est sûr, c’est qu’elle dérange toujours ceux qui combattent ses idéaux ».

Cinq ans plus tard, il était parmi les 8 des 12 enfants de l'artiste à assister à la sublime cérémonie qui s'est tenue ce 30 novembre en présence d'Emmanuel Macron. Pour rappel, Joséphine Baker avait adopté 12 enfants aux...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles