Publicité

Kylie Jenner se confie sur la pression à perdre ses kilos de grossesse

BEVERLY HILLS, CALIFORNIA - FEBRUARY 09: Kylie Jenner attends the 2020 Vanity Fair Oscar Party hosted by Radhika Jones at Wallis Annenberg Center for the Performing Arts on February 09, 2020 in Beverly Hills, California. (Photo by Axelle/Bauer-Griffin/FilmMagic)

À 24 ans, Kylie Jenner est désormais mère de deux enfants, nés de sa relation avec le chanteur Travis Scott. Sa fille aînée Stormy est âgée de 4 ans, et elle a accouché en février 2022 d'un petit garçon nommé Wolf. Mais, quelques semaines à peine après son accouchement, la star ressent déjà des pressions au sujet de son corps de jeune maman.

Avoir un ventre plat après un accouchement, c'est possible ? Certaines stars le font entendre, quand on voit des mannequins s'afficher avec des abdos parfaits quelques semaines à peine après avoir donné naissance à leur enfant. Mais dans la grande majorité des cas, les mères mettent du temps à perdre leurs kilos de grossesse. Cela dépend de toutes sortes de facteurs, qui vont de l'allaitement aux hormones, en passant par les difficultés post-partum, ou encore la reprise du travail. Bref, c'est tout sauf une science exacte. Seulement voilà, comme toujours lorsqu'il s'agit du corps des femmes, ces dernières subissent une pression à retrouver la ligne. Et ce, y compris lorsqu'elles sont célèbres.

Vidéo. Kylie Jenner, maman de Wolf : l'acte de naissance de son fils dévoilé, nouvelles révélations...

Kylie Jenner évoque son état post-partum

Le petit Wolf Webster étant né le 7 février dernier, cela fait moins de 6 semaines que Kylie Jenner a accouché de son deuxième enfant. Et sur son compte Instagram, la benjamine de la famille Kardashian-Jenner a été très honnête sur sa situation, et notamment sur sa reprise du sport. "Je ne pensais pas que j'arriverai à aller au sport aujourd'hui, mais me voilà, et je me sens mieux. Mais je voulais dire à toutes les mères que le post-partum n'est pas facile. Au contraire, c'est très difficile."

Elle précise qu'elle préfère reprendre une activité physique en douceur, sans se mettre la pression comme elle a pu le faire par le passé : "J'essaye de me rappeler que je viens de fabriquer un humain entier. Un magnifique petit garçon en pleine santé. Il faut qu'on arrête de se mettre la pression pour être au top après une grossesse, physiquement mais aussi mentalement. Alors je vous envoie tout mon amour."

La pression post-grossesse

Ce n'est pas la première fois que Kylie Jenner évoque les injonctions à la perte de poids après une grossesse, en particulier pour une personne aussi présente qu'elle sur les réseaux sociaux. Et qui, soyons honnête, a forgé une grande partie de sa carrière sur son physique. En 2018, peu après la naissance de sa fille, elle avait évoqué le sujet dans un épisode de "L'incroyable Famille Kardashian". La jeune femme expliquait alors à sa soeur Kim Kardashian : "Rien ne me va dans mon placard. Je me débarrasse de choses qui, à mon avis, ne m'iront plus. Je sais que je ne rentrerai plus jamais dans une taille 36. Je me sens juste un peu angoissée. J'ai l'impression que j'ai plus de hanches. Mon jean préféré ne me va plus. J'ai vraiment l'impression que certaines personnes ne comprennent pas. Il y a beaucoup trop de body-shamers."

Un discours qui avait toutefois été à l'époque taxé d'hypocrisie. Non seulement les soeurs Kardashian sont suffisamment riches pour faire appel à toutes les aides possibles (chefs, entraîneurs...) pour atteindre leurs objectifs de poids. Mais en prime, elles font régulièrement la promotion de régimes et de produits minceurs dont l'efficacité n'a jamais été prouvée et qui sont même considérés comme dangereux. Difficile dans ces conditions de ressentir de l'empathie envers ces dernières.

À LIRE AUSSI

>> Kylie Jenner bat un nouveau record sur Instagram

>> Kylie Jenner : la transformation de la petite dernière de L'incroyable famille Kardashian

>> Kylie Jenner : découvrez le prénom surprenant qu’elle a donné à son nouveau-né

À voir également : Kylie Jenner donne naissance à son second enfant