L’Agence du médicament recommande le retrait de certains stérilets

·1 min de lecture

Les porteuses de DIU des marques Ancora et Novaplus sont invitées à les faire retirer, « sans urgence ».

Ils sont portés par des milliers de femmes. Les stérilets des marques Ancore et Novaplus, retirés de la commercialisation depuis novembre 2019, doivent être retirés préventivement, « sans urgence », a annoncé mardi 27 juillet l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Le principal risque vient de leur inefficacité comme moyen de contraception.

 

Environ 40 000 femmes seraient concernées en France, porteuses de stérilets du fabricant espagnol Eurogine posés principalement en 2017, 2018 et « jusqu’en mars 2019 ». « C’est une mesure de précaution, sans urgence, à prévoir lors de la prochaine consultation avec son gynécologue », son médecin généraliste ou sa sage-femme, a expliqué à l’Agence France-Presse (AFP) Thierry Thomas, directeur adjoint de l’ANSM chargé des dispositifs médicaux.

 

Ne pas attendre les trois ans recommandés 

 

Il faut en revanche veiller aux « signes évocateurs » d’expulsion : douleurs abdominales, saignements hors règles, fil de traction absent ou trop long, douleur lors des rapports sexuels… Dans ce cas, il faut avoir « le réflexe d’aller consulter immédiatement. » Une recommandation avait déjà été faite de retirer ces stérilets au bout de trois ans (alors que l’on peut normalement les garder pendant cinq) pour éviter une grossesse non désirée, sachant que les expulsions signalées sont survenues après ce délai dans la plupart des cas. 

L’ANSM recommande désormais de les retirer...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles