"L’Infection la plus répandue dans le monde" : les cystites concernent 1 femme sur 2

·5 min de lecture

C’est un sujet tabou mais ô combien concernant. Les cystites sont des infections urinaires qui touchent beaucoup de femmes. Quand elles sont récidivantes, les cystites peuvent devenir un "vrai cauchemar" et causer des dommages réels sur le quotidien. Voici ce qu’il faut savoir pour les prévenir et/ou les guérir.

On n’aurait jamais eu l’idée d’écrire un ouvrage sur ce sujet. Pourtant, comme le souligne le docteur Jean-Marc Bohbot, co-auteur du livre "La cystite, le cauchemar féminin" (ed. Flammarion) les infections urinaires, plus communément appelées les cystites, représentent l’infection la plus répandue dans le monde. "En France, toutes les 30 secondes, une femme est touchée par une infection urinaire". Une femme sur 2 en vivra au moins une au cours de sa vie. Sur ces femmes, 20% environ vont faire une récidive et 30% d’entre elles feront encore un autre épisode.

Ce que l’on se garde souvent de dire aussi, c’est que ces infections peuvent s’avérer tenaces et rendre infernales les vies de ses victimes. "Cette pathologie, loin d’être anecdotique, a d’énormes répercussions sur la sexualité, sur la qualité de vie, sur le quotidien et sur l’exercice même de la profession, et sur la féminité" des femmes concernées, alerte le médecin.

Des dégâts importants sur le quotidien

L’ouvrage du docteur et de la journaliste santé Rica Etienne débute par des témoignages de patientes. Des récits qui prouvent l’incidence réelle et inquiétante des infections urinaires répétées sur le quotidien des femmes qui en souffrent. Manon risque le chômage, Camille ne veut plus de rapports sexuels… Selon une enquête Ifop réalisée en 2012 sur la qualité de vie de plus de 1500 femmes atteintes de cystite, 42% déclarent que ces infections ont une conséquence sur leur vie professionnelle et 64% se disent perturbées dans leur vie sentimentale. Sur le plan sexuel, 30% des répondantes admettent que les cystites les empêchent d'atteindre l’orgasme ou les contraignent à espacer leur rapport sexuel. Ce chiffre passe à 43% lorsqu’elles ont vécu deux, voire plusieurs épisodes d’infections urinaires.

Non, les rapports sexuels ne sont pas à l'origine 

Comme l’explique le docteur Jean-Marc Bohbot, "la cystite est une infection qui est due à des bactéries qui sont généralement d’origine intestinales". Les femmes les plus touchées par ce type d’infection sont celles sujettes aux perturbations intestinales ou aux problèmes de ballonnement. Le vagin joue un rôle de "SAS", ce qui empêche ces microbes d’atteindre la vessie. Les cystites surviennent lorsque la flore vaginale est déséquilibrée, ne permettant pas au vagin de jouer son rôle de "rempart".

Compte tenu de tous les torts que la cystite peut causer sur la vie des femmes, pourquoi en parle-t-on si peu ? Le sujet est tabou et traversé de nombreuses idées reçues. La première, certainement perçue comme la plus "honteuse", est que les cystites sont souvent confondues avec des IST. "Même si beaucoup de femmes développent une cystite tout de suite après un rapport sexuel ou dans les jours qui suivent, c’est tout simplement lié au fait que lors du rapport sexuel, le sexe du partenaire peut mettre en rapport les microbes qui existent dans le vagin avec l’orifice urinaire", détaille le spécialiste. Les rapports sexuels ne sont donc pas à l'origine des infections. Si les positions telles que la levrette ou la cuillère sont à privilégier pour celles dont les brûlures de la vessie handicapent la vie, un autre geste simple tel qu'uriner après le rapport permet d'évacuer les germes et éviter que ces derniers ne prolifèrent. La légende des rapports sexuels est certainement celle qui revient le plus souvent. Pour le spécialiste infectiologue, il est important de ne pas interrompre sa vie sexuelle, au risque que les cystites ne prennent une place trop dommageable dans votre sphère intime. 

Autre idée reçue tenace : la cystite pourrait s’attraper sur des ronds de toilettes pas propres. Le médecin est une fois de plus catégorique : il n’y a aucune chance d’attraper une IST ou une cystite en urinant dans des toilettes sales.

Vidéo. Les différentes causes des cystites

Des facteurs divers et variés

Mais alors, quels facteurs peuvent expliquer la survenue des cystites ? Jean-Marc Bohbot en distingue plusieurs :

  • Se retenir d’uriner. Ce comportement du quotidien favorise les microbes, qui sont dans la vessie, de se développer.

  • Ne pas s’hydrater suffisamment. Il est recommandé de boire au minimum 1,5 litre d’eau par jour et de façon espacée. L'utilité est limpide. Boire suffisamment d'eau permet d'uriner et d'évacuer les germes responsables des infections. 

Le spécialiste éclaire ensuite sur un autre facteur moins connu : le tabac. "Chez les femmes qui fument, on retrouve des composés du tabac dans la vessie et dans le vagin. Ce sont des produits extrêmement irritants pour la muqueuse du vagin". 

Les guérir, certes, mais les prévenir surtout

Les femmes victimes de cystites récidivantes n'ont d'autre choix que les antibiotiques pour calmer l'inflammation. Si les médicaments vont guérir, ils ne vont malheureusement pas prévenir. Mais si les cystites ne sont pas une fatalité, les antibiotiques non plus. Outre les gestes simples évoqués plus haut, les cures de probiotiques sont à privilégier. Une bonne hygiène de vie et une meilleure connaissance de votre organisme sont les clés pour sortir de l'enfer.  

À LIRE AUSSI : 

>> Attention à cet aliment qui peut causer des infections urinaires

>> Nos conseils pour prévenir les infections urinaires

>> Hydratation, sport, arrêt de la cigarette... Comment réduire les risques de cystites

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles