Linda : "J’avais 19 ans et j’ai eu une vie de prostituée pendant 50 ans"

·5 min de lecture

Dans un récit bouleversant, Linda, une ancienne prostituée, revient sur son existence volée par des proxénètes. Dans "L’Ange de Pigalle" (écrit par Jean Arcelin aux éd. XO Editions), elle raconte comment son destin mutilé est né de la rencontre avec Gérard, son ancien bourreau, proxénète, qui l’a mise à la rue après lui avoir fait subir un avortement de force. Linda s'est prostituée pendant plus de 50 ans. 

Linda, c’est l’histoire d’un destin qui a basculé après une rencontre fatale. Elle n’a que 17 ans lorsqu’après une première déception amoureuse, elle rencontre Gérard. Après lui avoir promis richesse et foyer, il fait tomber ses dernières résistances : la jeune femme originaire des Ardennes en France épouse son bourreau et scelle, sans le savoir, son destin. Aux côtés de son mari et de son cousin, un proxénète de Paris, Linda quitte la quiétude de sa campagne pour les affres de la prostitution.

Un avortement de force

Lorsqu’elle arrive dans les rues de la Capitale, Linda a 19 ans et est enceinte de 6 mois. Un bonheur sans pareil pour celle qui, dès le plus jeune âge, souhaite devenir maman.

Gérard, le père de l’enfant, fait alors appel à une "Espagnole" pour faire avorter sa femme : "C’était l’horreur totale. Ils me tenaient, ils m’ont déshabillée. L’autre (l’Espagnole, ndlr), elle m’a fichu une espère d’aiguille. Et puis au bout de deux jours et demi, trois jours, mon bébé est sorti." Une scène terrible que Linda raconte dans les moindres détails, souvenirs néfastes de ce qui constituera le plus grand drame de son existence. "Il est sorti et puis j’ai dit : "Donnez-le moi". Ils me l’ont mis sur mon ventre. Je voyais qu’il avait des blessures. Ses petits doigts, ça m’a traumatisée pour le reste de ma vie". 

Vidéo. Découvrez le témoignage complet de Linda

Après plusieurs semaines de convalescence, Linda est forcée à se prostituer par son mari et le cousin de celui-ci. "Je ne connaissais rien au sexe. Quand il m'a dit : "Maintenant, tu vas me sucer", je lui ai répondu : "Sucer quoi ?"" confie celle dont la prostitution deviendra le quotidien pendant plus de 50 ans.

"Ils voulaient vendre la belle Linda"

Elle se retrouve à La Belle Meunière, une maison close parisienne et y fait la rencontre d’un Allemand, un "grand patron de l’électroménager". Lorsque son mari apprend l’intérêt de ce dernier pour Linda, il décide de "la vendre". Le proxénète prend alors contact avec le client de sa femme pour lui proposer ce marché macabre. L’Allemand dénonce les intimidations à la police. "Le lendemain, sur le Parisien, c'était : "Ils voulaient vendre la belle Linda"". Gérard et son cousin sont arrêtés et écroués. Une chance pour Linda, qui peut enfin se libérer de la prostitution. Echouée chez ses beaux-parents, qui ignorent tout du trafic de leur fils et de la vie de leur belle-fille, Linda dort sur un matelas gonflable. Une amie prostituée lui renseigne les coordonnées d’un contact travaillant aux Galeries Lafayette. La jeune Linda goûte alors à une vie "simple et normale" en tant que vendeuse au rayon "décoration d'intérieur". Mais le démon de la prostitution la rattrape. Après avoir eu vent du passé de sa jeune employée, le gérant tente de la violer. Linda s’échappe, plaque son boulot et se retrouve à faire le ménage.

Violée et brûlée

Après une journée de travail, Linda est sauvagement violée et brûlée dans le dos par deux hommes, envoyés par le cousin de son mari. "Les prostitués ne portent pas plainte, ça c’est vrai" confesse-t-elle. Cet épisode traumatisant est une menace proférée par le cousin proxénète. Linda bascule à nouveau avant d’être arrêtée par la police et jugée. Une nouvelle aubaine pour la jeune fille mineure à l’époque des faits. Le juge appelle les parents de Linda pour qu’ils délivrent leur fille de l’enfer de la prostitution.

De retour sur ses terres natales, la jeune femme, honteuse de son passé, cache son drame à sa famille. Lorsque son mari sort de prison, il la rejoint dans les Ardennes pour la convaincre de retourner à Paris et de repartir de zéro. Linda accepte à une condition : qu’il lui fasse un enfant.

"Je ne voulais pas la souiller"

L'ancienne prostituée retombe enceinte et accouche d’une petite-fille. Elle découvre cependant qu’ils sont sans-le-sou, et dépourvue de formation, elle n’a d’autre choix que de reprendre son ancien métier. "Je suis allée travailler dans une maison d’abattage. C’était 15 francs la passe et les week-ends, on en faisait 100". Elle rajoute : "J’ai fait 35 clients tous les jours pendant plus de 8 ans".

Linda confie alors sa fille, ce qu’elle a de plus cher, à sa tante. "Je ne voulais pass la souiller. Je ne voulais pas la mêler à la prostitution."

Elle devient maman par intermittence et prostituée à plein temps. Le plus vieux métier du monde l'accompagnera pendant plus de 50 ans. 

"Votre corps, ce n’est même plus votre corps"

Si elle accepte de témoigner, c’est pour sa fille à qui elle a longtemps caché sa double vie. Le récit de. la vie de Linda sert aussi à mettre en lumière l’horreur de la prostitution forcée. "On ne devient pas prostituée par plaisir. Et puis votre corps, ce n’est même plus votre corps" martèle-t-elle. 

En France, le problème de la prostitution forcée est tristement et toujours d’actualité. Il y a quelques jours, un rapport de l'Office Central pour la Répression de la traite des êtres humains a recensé dix fois plus de victimes mineures de proxénétisme en l'espace de cinq ans. Les associations estiment qu'entre 6 000 et 10 000 mineurs sont exploités sexuellement dans le pays. La plupart des victimes sont recrutées sur les réseaux sociaux.

À lire aussi :

>> "Certains clients profitent de la pandémie pour négocier les tarifs des travailleuses du sexe"

>> La police démantèle un important réseau de proxénétisme en Haute-Savoie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles