Maladies cardiovasculaires : comment maintenir le juste équilibre entre sodium et potassium

L’apport maximal en sel (chlorure de sodium) a récemment été revu à la baisse : 5 g par jour, voire 6 g au maximum. Au-delà, l’hypertension artérielle nous guette, surtout si on est prédisposé. Mais respecter cette limite implique de vraiment bien choisir ses aliments, car nous en ingérons 7 à 10 g par jour*. Une étude récente, menée sur près de 11 000 volontaires pendant 9 ans, a cependant montré qu’un bon apport en potassium minimise l’impact du sel sur notre système cardiovasculaire*. On ne peut pas en conclure que l’on peut saler à volonté du moment que l’on consomme beaucoup de potassium, mais "l’optimisation du ratio sodium/potassium va dans le sens d’une bonne santé cardiovasculaire", selon le Dr Peter Stratford du Journal international de médecine.

*Etude INCA 3 de l’Anses et étude Esteban de Santé Publique France.

**Publiée en novembre 2021 dans le New England Journal of Medicine.

Les aliments les plus riches en potassium sont d’origine végétale. Aussi, mettez au menu des légumes secs (haricots blancs, rouges, etc.) au moins 2 fois par semaine.

Les 3/4 du sel que nous avalons viennent des aliments industriels. Un plat cuisiné, une salade composée (environ 300 g), un bol de soupe en sachet (30 cl) ou une pizza individuelle (200 g) fournit 2 à 3 g de sel, soit la moitié du quota à ne pas dépasser. Pour une part de quiche ou un sandwich triangle (environ 140 g), c’est le tiers. Si vous achetez ces produits, lisez bien les étiquettes ! Mieux vaut cuisiner maison, quitte à (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles