Mascotte, divinité, animal royal...la baleine à travers le monde

© Getty Images/iStockphoto

L’écrivain américain Herman Melville a publié Moby Dick, ou la Baleine, en 1851. Dans ce roman, le capitaine Achab traque pendant des années le cachalot qui lui a arraché une jambe. L’auteur s’inspire probablement d’une histoire vraie, qui s'est déroulée au XIXe siècle près d’une île chilienne, quand un grand mammifère albinos (Mocha Dick), a causé la mort d’une trentaine de baleiniers...

L’archipel des Fidji, en Océanie, considère le cétacé comme un animal royal. Là-bas, les chefs se font inhumer avec des ossements de baleine, censés les protéger dans leur voyage vers l’au-delà, tout en témoignant de leur haut rang social. Les dents de cachalot et les fanons de baleine bleue, ont également beaucoup de valeur. Ce sont des objets très précieux, qui peuvent être échangés entre chefs, ou offerts en cadeau de bienvenue à des personnalités importantes.

Le golfe et l’embouchure du fleuve Saint-Laurent, au Québec, accueillent une douzaine d’espèces de baleines (rorqual, baleine à bosse, cachalot...). Petits poissons et minuscules crevettes constituent leur menu ordinaire. Depuis quelques décennies, le vieux village de Tadoussac, situé près du confluent entre la rivière Saguenay et le grand fleuve, est devenu l’un des principaux points de départ des excursions en kayak ou en zodiac. L’objectif de ces sorties, organisées de mai à octobre, est de s’approcher à environ 200 mètres des baleines pour les observer. Les moins téméraires préfèrent les admirer depuis la côte !

Lorsqu’ils partent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite