Ménopause : la moitié des femmes le cachent à leur partenaire

Close up top view middle-aged woman lying down in bed on pillow put hand on face, concept of female having insomnia sleeping disorder or migraine pain, melancholic mood, personal life troubles concept (fizkes via Getty Images)

Synonyme d’âge mûr et considérée bien souvent comme le début du déclin, la ménopause reste encore aujourd’hui un sujet tabou. À en croire les conclusions d’une récente étude, la moitié des femmes préfèrent le cacher à leur partenaire.

Elles sont ménopausées et font le choix de ne pas en parler. En France, chaque année, près de 400 000 femmes sont confrontées à la ménopause, un cap souvent difficile à franchir. Et les chiffres le prouvent. Selon une enquête relayée par le Sun, la moitié des femmes qui ont traversé la ménopause ont d'abord gardé l’information secrète auprès de leur partenaire. Pire encore : elles sont un cinquième à ne s’être confiée à personne, du moins au début.

"Il n'est pas étonnant que le mot ménopause suscite la peur dans le cœur et l'esprit des femmes du monde. Pendant trop longtemps, les femmes en période de ménopause ont souffert en silence, seules et effrayées par l’avenir", a rappelé Lisa Snowdon, présentatrice télé qui a soutenu une campagne à ce sujet, #lastlonelymenopause. Pour elle, l’important est de libérer la parole de celles qui en ont souffert. "Ensemble, en discutant de la ménopause avec nos filles, nièces, mères, grands-mères, amies et partenaires, nous pouvons mettre fin au cycle de la solitude et combler le fossé éducatif".

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Les écarts au cours d’une grossesse peuvent être dramatiques. Attention, les médicaments à base de plantes sont tout aussi toxiques que les autres"

De nombreux avantages à ne pas minimiser

Si certaines sont effrayées à l’idée d’en parler, d’autres en revanche n’ont pas hésité, une discussion qui aurait même eu un effet libérateur sur elles. Selon cette même étude, 47% de celles qui ont traversé la ménopause ont également déclaré qu'il y avait des avantages. Parmi eux : la fin des règles, la fin du syndrome prémenstruel et le fait de ne plus avoir à acheter et à porter de produits hygiéniques. Quatre femmes sur dix disent également aimer avoir des relations sexuelles sans se soucier de la contraception.

De son côté, Stéfanie Steegs, qui a créé un guide en ligne pour encourager à parler de la ménopause, ces points positifs ne sont pas assez mis en avant. "Pendant trop longtemps, la ménopause a été mise de côté ou n'a pas été suffisamment évoquée ouvertement dans la société, et rarement sous un jour positif. Nous voulons mettre fin au silence qui l'entoure et renverser les clichés".

Même son de cloche pour le Dr Jane Davis, médecin généraliste et experte en ménopause. "La ménopause est une transition, une transition qu'il faut célébrer parce que ça va mieux après, c'est juste différent". Pour autant, 39% de celles qui n’ont pas encore atteint cette étape de leur vie la "redoutent".

VIDÉO - "La ménopause m'a fait passer du 38 au 46" : Michèle Bernier se confie sans tabou sur sa prise de poids

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles