1 / 14

Bettie Fatal

© Instagram @Rosavery

La Meuf de la Semaine #9 : Bettie Fatal

Laetitia Reboulleau

Avec la Meuf de la Semaine, chez Yahoo, nous avons voulu mettre en avant les héroïnes du quotidien, celles qui nous rappellent que, peu importante notre apparence, nous avons droit à l’amour, au respect. Le droit de s’aimer, aussi. Surtout, même ! Mais derrière le body-posi, il y a aussi une notion de bienveillance, d’entre-aide.

Le body-posi, c’est être bien dans sa peau. Et parfois, être bien dans sa peau, c’est aussi simple qu’être bien dans ses fringues. Mais alors, comment faire quand on a un physique qui “sort de la norme”, c’est-à-dire qui n’est pas situé entre le 34 et le 42 ? Plus précisément : comment trouver de la jolie lingerie, quand on dépasse un bonnet D ?

De la lingerie inclusive pour toutes les femmes

C’est là que Bettie Fatal intervient. Cette dernière l’explique : elle a toujours utilisé la lingerie comme méthode d’explorer son image. Mais elle a été très étonnée par le manque de diversité au niveau des tailles. Elle-même étant en surpoids, elle peinait à trouver des modèles qui lui convenaient, qui lui plaisaient. C’est comme cela qu’elle a eu l’idée de lancer sa propre marque.

Son projet ? De la lingerie inclusive, d’abord vendue sur Etsy, et aujourd’hui sur un site internet. Le tout, avec des modèles qui flattent aussi bien les petites que les grandes tailles, les petits bonnets que les gros. Chaque ligne prend un nom en rapport avec la divinité, les esprits, pour rappeler aux femmes que, peu importe leur taille, elles sont des déesses.

Bettie Fatal, une source d’inspiration

De son côté, Bettie Fatal continue à représenter une source d’inspiration sur Instagram. Elle prend la pose habillée ou dévêtue, sans rien cacher de ses bourrelets, de sa cellulite, de ses vergetures. Mieux : pour sa ligne de lingerie, elle fait appel à des mannequins de toutes sortes, et se refuse à faire des retouches qui dissimulent ce que le grand public appelle des “défauts”, des “imperfections”. Une démarche peu courante, mais à encourager.

A LIRE AUSSI
> “Notre meuf de la semaine” : Yahoo Style choisit de mettre en avant la diversité
> La Meuf de la semaine #7 : Gabrielle Deydier, auteure d’On ne naît pas grosse
> La Meuf de la Semaine #8 : Natalie Hage, influenceuse plus size