Mort de Marie Trintignant : le livre “Désir noir” met en exergue la violence inouïe du passage à l’acte de Bertrand Cantat

Agence Bestimage

Le 1er août 2003, Marie Trintignant a perdu la vie après avoir été battue par son compagnon Bertrand Cantat. Alors en tournage à Vilnius (Lituanie), la comédienne de 41 ans a été passée à tabac par le chanteur, avant de mourir d'un œdème cérébral trois jours plus tard à Neuilly-sur-Seine. Dans Désir noir (Flammarion), la journaliste Anne-Sophie Jahn a enquêté sur ce meurtre conjugal que l'on n’appelait pas encore un "féminicide" et qui a profondément bouleversé la société il y a tout juste 20 ans. Le leader de Noir Désir et l'actrice formaient un couple passionnel et fougueux, selon les termes que l'on utilisait à l'époque. Mais le soir où tout a basculé, le rockeur jaloux et possessif a fait pleuvoir près d'une vingtaine de coups sur sa petite amie, qui avait reçu plus tôt un SMS de son mari Samuel Benchetrit, dont elle était séparée. "On ne voyait plus ses yeux tellement ils étaient gonflés et bleus. On comprenait en un regard que ça avait été extrêmement violent", a affirmé Ruta Latinyte, l'ex-petite amie du frère de l'actrice, d'après des témoignages rapportés par Ouest-France jeudi 16 mars 2023.

Fruit de six ans de recherches, Désir noir compile des témoignages des proches de Marie Trintignant, pour mettre en lumière la violence dont Bertrand Cantat était capable. Selon son autrice Anne-Sophie Jahn, l'entourage du rockeur aurait "protégé" l'artiste alors âgé de 39 ans, faisant régner l'omerta sur les violences qu'il a exercées sur son ex-femme Krisztina Rady, qui s’est suicidée, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite