Se muscler le ventre rapidement, notre plan d’attaque

Ariane Abbassi
·2 min de lecture

Qui n’a jamais rêvé d’un ventre ferme aux abdos légèrement dessinés ? L’hiver, emmitouflées dans nos pulls tout doux, l’idée trottait tranquillement dans nos têtes, pour rester, au final, un simple fantasme. Mais avec l’été qui arrive, on redescend rapidement sur terre. Pourquoi ne pas s'en être occupé avant ? Maintenant c’est trop tard, c’est foutu. Vous croyez ? Et bien détrompez-vous. Se muscler le ventre rapidement, c’est bel et bien possible. Même notre coach Magoma le dit. Voici comment !

Préparez-vous à transpirer

« Pour se muscler le ventre rapidement, il faut faire du sport tous les jours », nous confie Magoma. On s’en doutait, mais ça fait mal à entendre. Pire même : « Il faut faire des exercices assez profonds avec des répétitions », nous confie-t-il. Plus c’est dur, plus le corps se sculpte. Il va donc falloir sortir des sentiers battus et se motiver.

Le programme sportif

Pour muscler son ventre rapidement, Magoma nous conseille d’associer trois exercices : 1 - un travail de contraction des grands droits des abdos ; 2 - un travail des obliques ; et 3 - un travail de gainage. Le tout effectué en circuit training. Concrètement, cela signifie que l’on répète plusieurs fois nos séries d’exercices (10 fois dans l’idéal) avec endurance (on sollicite le cardio) en même temps. Cela dit, si la répétition nous ennuie, on peut aussi passer vingt secondes sur chaque mouvement. L’avantage avec le circuit training, c’est que l’on transpire, que l’on élimine et que par conséquent les résultats sont beaucoup plus visibles. Les abdominaux sont travaillés sous tous les angles.
Pour les plus motivées, c’est encore mieux d’allier musculation et cardio. Par exemple, on peut faire une minute de corde à sauter entre deux sessions de musculation. Là, ce sera muy caliente pour les calories, qui brûleront comme Dracula au soleil.

Au bout de combien de temps les résultats sont-ils visibles ?

Comme d’habitude, cela va dépendre...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi