Netflix : faire payer le partage de codes leur rapporterait une somme astronomique

© Getty Images

D'après le baromètre OTT NPA Conseil/Harris Interactive dévoilé le 2 juin dernier, Netflix pourrait gagner des dizaines de millions d'euros s'il décidait de faire payer le partage de codes hors foyer à ses abonnés.

Netflix pourrait gagner près de 100 millions d’euros s’il décidait de rendre le partage de codes en dehors de son foyer payant. D’après le baromètre OTT NPA Conseil/Harris Interactive, diffusé le 2 juin et relayé par « CB News », près de trois abonnés sur 10 partagent leurs identifiants, soit 8,8% de la population française.

Lire aussi >> Netflix : voici les nouveautés films et séries qui débarquent en juin 2022

NPA conseil a calculé combien la plateforme de streaming pourrait gagner si elle faisait payer 3€ (2,5€ hors taxes) aux utilisateurs qui souhaitent partager leur compte avec des personnes dont ils ne partagent pas le foyer, ou si tous ses utilisateurs payaient l’abonnement standard à 13,49 € par mois. Leurs recettes additionnelles pourraient atteindre 72 millions d’euros (hors taxes) s’ils rendaient le partage de codes payant. Si l’abonnement standard était souscrit par chaque utilisateur, ils pourraient engranger environ 323 millions d’euros (hors taxes).

Le partage de codes, déjà payant dans certains pays

La plateforme de streaming envisage déjà de rendre le partage de compte hors foyer payant. Ils ont annoncé le 16 mars dernier qu’ils allaient tester cette option au Chili (3 dollars), au Costa Rica (2,99 dollars) et au Pérou (2,12 dollars). Pour ces tarifs, les abonnés peuvent ajouter jusqu’à deux comptes supplémentaires à leur profil.

Netflix traverse une période compliquée : au premier trimestre 2022, la...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles