De Paris à New York, et si les chiens étaient l'avenir du luxe ?

De Paris à New York, le chien est devenu un faire-valoir siglé, dont la garde-robe inspire les plus folles dépenses.

Nos amis à quatre pattes seraient-ils l’avenir du luxe ?  Oui, eux qui jusqu'à peu s'arrogeaient à peine le droit de s'installer sur un canapé. Ces animaux que la France rurale cantonnait aux rôles de chiens de chasse ou de chiens de garde sont devenus membres à part entière des familles, par l'effet conjugué d'un nouveau lifestyle qui a émergé avec la pandémie et de la prise de conscience écologique. « Pour se sauver et sauver la nature, on essaie de se disculper en traitant bien l'animal », analyse le philosophe Mark Alizart, auteur du livre « Chiens » (éd. Puf). L'adoption de quadrupèdes a, en effet, connu un boom après le premier confinement. L'offensive des marques de luxe ne s'est pas fait attendre. Même Hedi Slimane a fait poser son chien Elvis pour la maison Celine, c'est dire.

CELINE_ELVIS_PRINT_12
CELINE_ELVIS_PRINT_12

©Presse

Le chien, la nouvelle égérie fétiche

Lire aussi >>  Succession story 3/3 : l'imbroglio Alaïa

Des petits manteaux écossais qui nous faisaient sourire aux combinaisons Gucci à 390 euros, il n'y a qu'un pas ! Si la tendance a débuté dès le tournant des années 2000 sous l'influence d'une Paris Hilton à l'apogée de sa gloire, flanquée de son chihuahua Tinkerbell (désormais décédé), tout de rose vêtu, pulls angora et nœuds papillons inclus, aujourd'hui, le chien est devenu une égérie à part entière. Car s'il fait vendre, il fait surtout acheter. Selon les chiffres de la Fediaf, l'industrie européenne de l'alimentation pour animaux de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles