• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Plagiat sur Dancing With A Stranger : les avocats de Sam Smith et Normani répliquent

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les avocats de Sam Smith et Normani ont répondu à l’action intentée contre le duo pour atteinte aux droits d'auteur.

Les auteurs-compositeurs Jordan Vincent, Christopher Miranda et Rosco Banlaoi, sous le nom de Sound and Color, LLC, ont déposé une plainte contre les deux chanteurs au sujet de leur duo de 2019, Dancing With a Stranger, affirmant qu'elle enfreignait le droit d'auteur de leur chanson de 2015, qui porte le même titre.

Billboard rapporte que les avocats du duo ont demandé à un juge d’abandonner certaines requêtes des plaignants, y compris une demande de dommages-intérêts si Sam Smith et Normani sont jugés coupables.

Leur première réponse à l'affaire souligne que même le rapport du musicologue de la partie adverse soutient l'idée que le morceau de Sam Smith et Normani n'est pas assez similaire pour justifier une réclamation de droits d'auteur. « De façon remarquable, le rapport confirme que les progressions d'accords de Dancing With a Stranger et de la chanson des plaignants sont différentes, mais soutient que la "rotation des accords" – c'est-à-dire leur changement – peut les rendre "presque identiques" », peut-on lire dans la réponse. « En tout état de cause, trouver une similarité dans les enchaînements d'accords en les changeant ne sert à rien, car les progressions d'accords ne sont pas non plus protégées », déclarent-ils.

Les avocats ont également fait référence à la décision de justice à propos du procès autour de Stairway to Heaven, qui a conclu que les auteurs de chansons ne peuvent pas utiliser le droit d'auteur pour verrouiller les « blocs de construction » musicaux de base, y compris une progression d'accords de quatre notes.

Comparant cette décision de justice avec le cas des deux chansons Dancing With a Stranger, les avocats ont écrit : « Même telles que transcrites par l'expert du plaignant, seules les première et sixième notes sont identiques... Étant donné qu'une séquence ininterrompue de quatre notes n'est pas protégée par le droit d'auteur, deux notes non contiguës ne peuvent être protégées. »

Ils ont conclu en qualifiant le procès de « non-sens ».

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles