Publicité

"Les porcs !" : pour Adeline Blondieau, il faut "faire le ménage" à la télé

Balance ton quoi ? Adeline Blondieau, la star de "Sous le soleil", n'hésite jamais à dire les termes. En plein #MeTooMedias, elle affirme son souhait de "faire le ménage" pour virer les "porcs" du monde de la télé. Et elle n'est pas la seule !

On connaît Adeline Blondieau pour son rôle de Caroline Drancourt dans Sous le soleil, mais aussi pour toute une flopée d'autres séries - Les filles d'à côté, Femmes de loi, Section de recherches... Mais c'est aussi sa franchise et les convictions qui vont avec qui rendent la comédienne si singulière. La preuve ?

L'actrice quinqua s'est encore exprimée au Parisien pour mettre les points sur les i. Le motif de la discute ? #MeToo, et plus précisément #MeTooMédias, ce mouvement de libération de la parole dans l'industrie audiovisuelle (la télé notamment) aussi bien évoqué par Marie Portolano que par Faustine Bollaert.

"MeToo est derrière nous et c'était très bien mais tant que je verrai ceux que j'appelle les " porcs " pérorer à la télé, je me dis que ce ménage-là n'a pas été suffisamment fait !", a taclé la comédienne... Qui dénonce également un milieu "très violent", désignant le monde du spectacle en général.

#MeTooMédias : une prise de parole collective

On ne peut pas dire que la prise de parole d'Adeline Blondieau manque de punch. Un témoignage très cash qui fait écho à d'autres, notamment au sein du PAF - le Paysage Audiovisuel Français. On pense évidemment au documentaire de Marie Portolano diffusé sur Canal : Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste, convoquant une vingtaine de consoeurs journalistes. Qui, n'en déplaise à ce qu'a suggéré dernièrement Michel Drucker, démontrent la...

Lire la suite

À lire aussi

"Un vote historique" : les députés adoptent l'inscription de l'IVG dans la Constitution
"Il touchait mes seins" : Gérard Miller est accusé d'agressions sexuelles et de viol
Et si on (re)découvrait le meilleur rôle de Pierre Niney... Gratuitement ?

VIDÉO - Ovidie : "Pour les hommes de ma génération, il y a eu un choc au moment de MeToo"