Le portrait de Valérie Bacot exposé à la National Portrait Gallery de Londres

© Ed Alcock / Agence Myop pour le magazine ELLE 2021

Notre photographe Ed Alcock avait immortalisé Valérie Bacot peu avant son procès. La photo est exposée à la National Portrait Gallery, à Londres.

La prise de vue avait eu lieu dans une pension monacale de Paray-le-Monial en juin 2021. Valérie Bacot venait d’écrire un livre, « Tout le monde savait » (Fayard). Et attendait dans une grande fébrilité l’ouverture de son procès à Châlons-sur-Saône. Accusée d’avoir tué son mari d’une balle dans la nuque, après des années d’emprises, de violences, d’horreurs, elle avait si peur de devoir retourner en prison et abandonner une nouvelle fois ses quatre enfants. Elle fut condamnée à quatre ans de prison dont trois ans de sursis, ce qui lui permis de rester en liberté.

A quelques jours du procès, Valérie Bacot n’était pas très à l’aise à l’idée de poser sous le regard d’un photographe, homme de surcroît. Avec toute sa délicatesse, Ed Alcock a profité des dernières lumières du jour pour fixer le visage de cette jeune femme, si triste mais si battante. « Faire le portrait de quelqu’un est toujours un moment particulier. Un moment de silence et de complicité. C’était très impressionnant de la rencontrer et d’écouter son histoire. »

Cette photo prise par Ed Alcock, collaborateur régulier de notre journal, a été sélectionnée aux côtés de 35 artistes internationaux pour figurer dans le Taylor Wessing Photographic Portrait Prize, organisé par la National Portrait Gallery de Londres. Ce concours récompense chaque année le meilleur du portrait photographique contemporain. Exposé du 27 octobre au 18 décembre à...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi