Pourquoi les bigoudis ne sont pas réservés aux mamies

Caroline Siavy
·2 min de lecture

Si pour certaines il est associé à une image un peu vieillotte de notre grand-mère se préparant dans la salle de bain, le bigoudi n’a rien de honteux. Bien au contraire, cet accessoire cheveux revient sur le devant de la scène beauté et s’est même amélioré pour nous offrir encore plus de volume et d’ondulations hollywoodiennes. On fait le point sur les différents bigoudis et la meilleure façon de les utiliser avec Jérôme, expert capillaire chez Coloré par Rodolphe.

Le bigoudi : qu’est-ce que c’est déjà ?

Le bigoudi est tout simplement un rouleau que l’on met dans ses cheveux après les avoir lavés afin d'obtenir une coiffure volumineuse et plus ou moins bouclée. « Le bigoudi sert à donner une forme (ondulations, boucles…) et du volume aux cheveux. Posé pendant un brushing, c’est idéal pour fixer le mouvement et donner du volume en racine aux cheveux fins », explique Jérôme, expert capillaire chez Coloré par Rodolphe. Bien sûr, on n’applique généralement pas un seul bigoudi mais plusieurs, sur toute la chevelure. 

Lire aussi : Routine beauté : help, ma fille est déjà une ado ! 

Comment mettre des bigoudis ?

Il existe moultes sortes de bigoudis. Le principe est toujours le même :  faire des séparations puis poser les bigoudis sur la pointe en l’enroulant pour finir par le fixer à la racine. Outre les bigoudis chauffants et ceux en mousse, les autres doivent être posés sur cheveux mouillés ou humides et retirés lorsque la chevelure est complètement sèche. Pour les plus pressées, il est possible d’utiliser un sèche-cheveux afin d’accélérer le temps de séchage mais mieux vaut les garder au moins une heure.

Pour un résultat plus naturel, on conseille d’enrouler des mèches vers l’intérieur et d’autres vers l’extérieur pour une boucle qui ait l’air moins travaillée.

Comment choisir les bigoudis ?

Concernant la taille, il faut savoir que plus le rouleau est gros plus la chevelure sera...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi