Publicité

Pourquoi la graisse abdominale peut-elle être un indicateur de stress chronique ?

Nervosité, fatigue, dépression, douleurs articulaires, maux de tête…Les effets délétères du stress sur la santé physique et mentale sont avérés. Mais, le stress peut également avoir un impact sur la prise de poids et plus précisément, sur le stockage de la graisse abdominale.

Par définition, la graisse abdominale est située au niveau de l’abdomen. En réalité, il en existe deux types : la graisse sous-cutanée (superficielle) qui est stockée juste sous la peau, et la graisse viscérale (profonde) qui se situe sous les muscles abdominaux. C’est cette dernière qui est mauvaise pour la santé. "On distingue deux types de profils : une élévation du tour de taille avec un stockage de la graisse aux dépends de la partie supérieure du corps, c’est ce que l’on appelle l’obésité androïde. Et les graisses sous-cutanées qui se logent plutôt au niveau des fesses et des cuisses, c’est ce que l’on appelle l’obésité gynoïde. La mesure du tour de taille permet d’avoir une estimation assez significative et pertinente du risque cardiovasculaire parce que cela traduit aussi la graisse qu’il y a au niveau du foie, des viscères, du cœur, du cerveau etc. A contrario, l’obésité dite gynoïde aurait plutôt un effet protecteur sur le plan cardiovasculaire", détaille le Dr Olivier Dupuy.

Stress et tour de taille ne font pas bon ménage. L’endocrinologue est formel : « il existe bel et bien un lien endocrinologique entre stress et stockage de la graisse au niveau de l’abdomen dans le sens où le stress augmente (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite