De Loana à Alix de Koh-Lanta : pourquoi les femmes sont-elles toujours ramenées à leurs poils ?

Laetitia Reboulleau
·6 min de lecture
© Capture d'écran TF1
© Capture d'écran TF1

En 2020, on pourrait croire que le diktat de l'épilation a bel et bien disparu pour les femmes, le féminisme étant passé par là. Pourtant, les poils sur les corps féminins semblent toujours autant dégoûter le grand public, quelle que soit la situation. Et ce, même quand une candidate de Koh-Lanta réalise une prouesse physique... Ou quand Loana dévoile des photos des violences conjugales qu'elle affirme subir.

Le corps des femmes n'est pas imberbe. Les peaux lisses, dépourvues de la moindre trace de pilosité, ne sont obtenues qu'à grand renfort de rasoirs, épilateurs et autres cires, sans oublier un bon petit coup de Photoshop pour ce qui est des publicités ou des images de magazines. Pourquoi ? Parce que dans la pensée collective, régie par le patriarcat et les diktats, les poils sur les femmes sont considérés comme disgracieux, inélégants, anti-féminin, et même comme sales. Une vaste blague quand on sait que les barbes des hommes sont souvent plus sales que la cuvette des toilettes !

Le féminisme est pourtant passé par là. De plus en plus de personnes revendiquent leur droit d'avoir des poils, que ce soit parce qu'elles trouvent cela plus esthétique, ou tout simplement parce qu'elles n'ont pas envie de s'imposer la charge mentale, économique et temporelle de s'en débarrasser. Car, rappelons-le : s'épiler ou se raser prend du temps, et représente un sacré budget, qui vient s'ajouter à la taxe rose sur les cosmétiques, les protections hygiéniques, et tous ces autres produits dont le quotidien des femmes est pavé.

Des bleus sous les poils

Et pourtant, quelle que soit la situation, il y aura toujours au moins une personne pour signaler que le rendez-vous chez l'esthéticienne d'une femme a été zappé. La preuve avec les photos de Loana. Depuis quelques jours, sur les réseaux sociaux, l'ancienne lofteuse affirme avoir été victime de coups et blessures de la part de son ex, Fred Cauvin.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Pour preuve, elle a dévoilé plusieurs photos de son corps tuméfié, recouvert d'ecchymoses... Mais aussi de poils, ainsi que plusieurs internautes n'ont pas manqué de le souligner. "Tu aurais pu te passer un coup de rasoir avant de faire les photos", "Matez les poils de jambe, elle peut faire des tresses. Dans quel état sanitaire est cette fille ?" La haine des poils sur les corps féminins est telle que, pour certaines personnes, elle passe au premier plan, avant même les mots d'une femme en détresse qui affirme être victime de violences conjugales.

Une performance sportive passée à la trappe

Le cas de Loana n'est pas la seule histoire pileuse à avoir marqué l'actualité de ces derniers jours. Vendredi 25 septembre dans Koh-Lanta, Alix a réalisé une performance sportive impressionnante en restant plus d'une heure dans une position des plus inconfortables, allant au-delà de ses limites. Mais pour les besoins de l'épreuve, la jeune femme originaire du Sud de la France avait les bras relevés au-dessus de sa tête, ce qui a permis aux téléspectateurs de constater que les poils de ses aisselles avaient commencé à repousser.

Il n'en a pas fallu plus pour déclencher un torrent de moqueries : "Une femme devrait rester une femme... Pour les prochaines candidates, pensez à l'épilation définitive avant d'embarquer !!!", peut-on notamment lire, de même que des messages du style : "Alix aurait dû gagner des séances de laser pour ses aisselles", "Les aisselles d'Alix, ça me dégoûte", ou encore "C'est pas Alix, mais Ali avec des aisselles comme ça". La misogynie, elle, était donc bien au rendez-vous. À tel point que la principale intéressée a été obligée de prendre la parole sur les réseaux sociaux, affirmant avec regret : "Apparemment en 2020, même lorsque que tu pars faire une aventure en mode survie... La pilosité féminine reste un tabou." Une séquence qui aura au moins eu le mérite de tordre le cou aux rumeurs selon lesquelles les candidates de Koh-Lanta auraient accès à des épilations entre deux épreuves.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Toujours est-il que ces deux exemples sont la preuve que les poils sont toujours aussi critiqués par certains internautes. Il serait grand temps que ces derniers se rappellent que tout le monde a des poils, que personne n'est tenu de s'en débarrasser, et que la pilosité n'est en aucun cas le signe d'une hygiène négligée.

A LIRE AUSSI

> Loana accuse son ex de violences conjugales et dévoile des photos terrifiantes

> Loana agressée par son ex qui serait rentré chez elle par effraction

> Loana : splendeur et décadence de l’ex-lofteuse