La promesse de Sandrine Rousseau après la réélection de Damien Abad à l'Assemblée nationale

"On ne peut pas se contenter d'humilier encore la parole des femmes". Ainsi s'est exprimée lors de la soirée électorale sur TF1 Sandrine Rousseau, élue députée suite au second tour des élections législatives dans la 9e circonscription de Paris, suite à l'annonce de la victoire du ministre des Solidarités Damien Abad, réélu quant à lui dans la cinquième circonscription de l'Ain.

Et l'élue écoféministe d'ajouter : "Le jour où Damien Abad entrera dans l'Assemblée, il y aura 180 députés de la Nupes qui feront le chahut nécessaire pour qu'on ne puisse pas l'entendre". Nommé ministre des Solidarités au sein du gouvernement Borne en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols, Damien Abad fait l'objet d'accusations de violences sexuelles de la part de trois femmes.

Chloé, 41 ans (qui indique notamment "avoir été droguée"), Margaux, 35 ans, pour des faits présumés qui remonteraient à 2010 et 2011 avaient témoigné auprès de Mediapart en mai dernier. Une élue centriste, Laëtitia, a également apporté son témoignage ce 14 juin, dénonçant une tentative de viol qui aurait eu lieu en 2010. "Aujourd'hui, je ne peux plus me taire. Si je parle, c'est pour que ça s'arrête, qu'il ne puisse pas recommencer", avait affirmé cette dernière auprès de Mediapart.

"Pas de voix légitime"

"Si Damien Abad reste ministre, nous serons plusieurs à faire une opposition comme jamais pour que cette personne n'ait pas de voix légitime à l'intérieur de l'Assemblée...

Lire la suite


À lire aussi

Mirela Cavajda, autorisée à avorter d'un foetus après un scandale national en Croatie
Une Argentine de 11 ans violée subit une césarienne après un refus de l'avorter
"Les mâles du siècle", le film qui prend le pouls des masculinités après #MeToo

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles