J'ai testé... La culotte spéciale règles

Depuis quelques années, les protections hygiéniques jetables n'ont plus vraiment la cote. Entre les inquiétudes concernant les ingrédients qu'elles contiennent et l'impact écologique des tampons et des serviettes, de plus en plus de femmes cherchent des alternatives. La culotte spéciale règles est-elle la solution ? Pour le savoir, nous l'avons testée pour vous.

11 000. Voilà le nombre de tampons et serviettes hygiéniques jetées par les femmes au cours de leur vie, entre leurs premières règles et la ménopause. Le chiffre est impressionnant, en particulier alors que la pollution de la planète est au centre de toutes les attentions. Cet argument, associé aux nombreuses inquiétudes au sujet des protections menstruelles potentiellement toxiques pour l'organisme, incite de nombreuses personnes à chercher des alternatives. La coupe menstruelle ? Ce n'est pas pour tout le monde. Le flux instinctif libre non plus, d'ailleurs, car la technique est loin d'être à la portée de tout le monde.

Les protections hygiéniques lavables, une alternative efficace ?

La solution se trouve alors peut-être dans les culottes spéciales règles. Ces sous-vêtements, classiques en apparence, sont dotés d'une composition spéciale qui leur permet de remplacer les protections hygiéniques classiques. On enfile une culotte le matin, et on est – en théorie – tranquille tout au long de la journée. Le soir, il suffit de la retirer, de la rincer à l'eau claire, et de la passer en machine pour pouvoir la réutiliser le lendemain.

Au moment de les tester la première fois, les inquiétudes et les interrogations sont nombreuses :

- Est-ce que je vais avoir l'impression de porter une couche-culotte ?

- Est-ce que je vais avoir des fuites ?

- Y aura-t-il une sensation d'humidité ?

- Est-ce que ça va sentir mauvais ?

Des inquiétudes qui sont les mêmes pour toutes les femmes qui testent les culottes menstruelles pour la première fois, visiblement.

La culotte spéciale règles Modibodi, le test

Parmi les nombreuses offres en termes de culottes menstruelles, j'ai choisi de tester celles signées Modibodi, petite marque britannique qui livre en France, et qui propose une gamme très inclusive, qui va du S au 6XL. Au programme : plusieurs modèles, plusieurs couleurs, et des sous-vêtements qui restent élégants grâce à leurs bordures en dentelle. Taille haute ou taille basse, version culotte, boxer, shorty ou même string, à vous de choisir votre préférence, ainsi que le niveau d'absorption. Les différentes épaisseurs ont chacune leur mission : une épaisseur waterproof pour éviter les fuites, une qui absorbe les liquides, et une qui sèche à toute vitesse, lutte contre les bactéries, et stoppe les odeurs.

Côté confort, la sensation est, au début, un peu étrange. L'épaisseur au niveau de l'entre-jambe n'est pas habituelle et demande un petit temps d'adaptation, en particulier pour celles qui n'ont pas porté de serviettes hygiéniques depuis longtemps. Mais au bout de quelques heures, la culotte se fait oublier, de même que les règles. Pas de sensation d'humidité, pas d'odeurs à signaler. Et, avec la version ultra-absorbante, pas de fuites non plus à signaler. Un sans faute, donc.

Les sous-vêtements menstruels Modibodi sont disponibles sur le site internet de la marque, entre 15,50 et 26,50 euros selon les modèles. Bien entretenues, elles peuvent résister jusqu'à deux ans. C'est donc un petit investissement qui vaut le coup !

Qui des autres marques de culottes menstruelles ?

Il existe de nombreuses marques qui proposent aujourd'hui des culottes spéciales règles. Les journalistes de marieclaire.fr ont notamment testé et approuvé la marque Réjeanne, made in France. La marque Thinx a séduit l'équipe de cosmopolitan.fr, et Fempo a convaincu les journalistes du Huffington Post. A vous maintenant de vous faire votre propre avis.

A LIRE AUSSI

Pour faire l'amour pendant ses règles, voici un mode d'emploi décomplexé

Flux instinctif libre : elles n'utilisent plus de protection périodique

Pour que les protections hygiéniques soient remboursées, une étudiante fait "couler son sang dans Paris"