Publicité

Quiet luxury vs. maximalisme : le conflit intérieur de la mode

On ne saurait dire si la tendance est au luxe discret ou au maximalisme… Deux camps semblent s’affronter créant un vrai conflit intérieur.

Les dernières semaines ont été rythmées pour le monde de la mode. Des Fashion Weeks en pagaille qui ont redistribué les cartes des tendances et des célébrités qui s’imposent comme les cheffes d’orchestre de nos dressings. Mais si vous pensiez que tout était simple dans la mode, vous vous mettez le doigt dans l’œil. Si ces derniers mois ont été dédiés au quiet luxury, cette mode luxueuse mais qui repose sur la sobriété absolue et l’absence de marqueur tape-à-l’œil, tout semble être sur le point de s’inverser. Enfin, c’est plus compliqué que cela. Une résistance à la mode platonique et élégante s’organise. Un mouvement que l’on qualifierait presque de révolte, qui est menée par de nombreux créateurs à l’instar d’Olivier Rousteing. Le directeur artistique de Balmain s’est exprimé lors de son dernier défilé homme présenté lors de la Fashion Week masculine sur les tendances actuelles dans la mode : « Le quiet luxury me fait juste très peur. J’ai commencé chez Balmain quand Phoebe Philo était chez Celine et que Jonathan (Anderson, ndlr) débutait chez Loewe. À cette époque, on appelait cela du minimalisme, et c’était hors-tendance. » Aujourd’hui, force est de constater que le minimalisme rebrandé sous le nom marketing de « quiet luxury » domine les rayons de nos boutiques préférées. Ce qui semble ne pas du tout plaire au petit prince originaire de Bordeaux qui voit en cette tendance une sorte de petite...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi