Ramzy Bedia : les confidences du comédien sur le racisme dont il fut victime avant de connaître le succès

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Ramzy Bedia est actuellement à l'affiche du nouveau film d'Audrey Dana, intitulé Hommes au bord de la crise de nerfs. Celui qui a partagé la vie d'Anne Depétrini pendant plusieurs années, a fait de rares confidences à Nathalie Lévy sur son ancienne vie, loin des strass et des paillettes, mercredi 25 mai 2022 dans En aparté, sur Canal+. L'acteur français a notamment confié qu'il n'avait jamais lu de livres, avant son passage en psychiatrie. "Je n'avais jamais lu un livre de ma vie avant [d'être en psychiatrie, ndlr], parce que les livres, c'était à l'école. C'était Madame Bovary tout ça et ça me saoulait. Et en psychiatrie, je ne voulais pas sortir de ma chambre parce qu'il n'y avait que des fous et j'allais à la librairie. Et je suis tombé sur des livres et je me suis mis à lire, et j'ai tout bouffé", a-t-il raconté à Nathalie Lévy. Entre deux confidences, le comédien de 50 ans est revenu sur le racisme dont il a été victime plus jeune.

"Ma vie a commencé quand j'ai rencontré Eric. J'ai commencé à ne plus sentir la différence en tout cas, à être vu comme un mec normal", a enchaîné Ramzy Bedia. Avant d'avancer : "J'ai compris que je n'étais pas Français - je le suis profondément - au premier contrôle de police. C'est là que tu te prends le truc dans la gu*ule. Quand tu es enfant, tu vas à la patinoire, tu vas au squash... Style on faisait du squash", a continué Ramzy Bedia. "Et puis c'est dès que tu commences à avoir une vie de jeune adulte, là, les premiers contrôles de police, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles