Roman : « Variations de Paul », la fascinante odyssée sonore et familiale de Pierre Ducrozet

©Milan Markovic

Avec « Variations de Paul », Pierre Ducrozet nous plonge dans une fascinante odyssée sonore et familiale. PAR SANDRINE MARIETTE

« New York  1974 est un chancre, une plaie à ciel ouvert », mais pour Paul Maleval, né vingt-sept plus tôt à Lyon dans une famille de musiciens, la « ville- monde » emplit son être de bruits et de vies – du Klaxon aux paroles du vendeur de journaux – qui l’euphorisent, d’afflux et d’excès qui le fondent dans son temps. Assistant à tous les concerts, le jeune Français est vite repéré par un label pour son oreille sûre, et engagé pour débusquer le beat dément qui renversera l’histoire. Car depuis l’enfance, Paul a le don d’entendre ce qui vit derrière le son, de percevoir ce qu’une note charrie de ruptures et de beauté, de failles et de grandeur... Iggy Pop et les Stooges le font basculer, le Velvet Underground le lacère, Grandmaster Flash, 18 ans, qui fait danser le Bronx entier, l’envoûte. « Son coup de génie : l’invention du scratch et du sampling. » Paul aurait aimé qu’il signe avec son label… Fatigué de l’Amérique, il rejoint sa compagne Eva à Manchester, où gronde une rage incontrôlée, un son « jamais entendu ailleurs », celui des Slits et de Joy Division, le cri d’une civilisation industrielle à bout de course. Mais, à tout vivre à la vitesse d’un galop de batterie dans la poitrine, Paul s’épuise. Le couple s'installe alors à Paris. Et, c’est au tour de leur fille Chiara d’emporter le lecteur dans la spirale des années 1990, des rave-parties à l’électro de Berlin. À travers Paul et sa...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi