Semaine de sensibilisation à l’alcool : quel est son impact sur la santé mentale ?

Boire du vin pour se détendre après le travail a un impact sur notre santé mentale [Photo: Getty]

Quand la journée a été longue, quand vous célébrez une victoire professionnelle, quand c’est enfin le weekend…

Il devient facile de boire un ou plusieurs verres de vin tous les soirs de la semaine, en dépassant ainsi la quantité d’alcool hebdomadaire recommandée.

Nous connaissons parfaitement l’impact d’un verre ou deux de sauvignon quotidien sur la santé physique, mais nous parlons rarement de l’impact sur la santé mentale.

Pourtant, la consommation régulière d’alcool a des conséquences bien réelles sur notre bien-être mental. Des statistiques récentes ont ainsi révélé que le nombre de personnes admises à l’hôpital avec des troubles comportementaux liés à l’alcool avait augmenté de 94 % chez les personnes âgées entre 15 et 59 ans, et de 150 % chez les plus de 60 ans au cours des 10 dernières années.

En réalité, ces petits verres de vin pour se détendre pourraient avoir des conséquences très graves sur notre santé mentale.

“Une consommation d’alcool régulière peut avoir un impact de taille sur notre santé mentale, même si vous n’êtes pas régulièrement ivre”, confie Dr Julianne Barry de la clinique privée London Doctors Clinic.

Dr Barry explique ainsi que l’alcool peut stimuler l’anxiété et la dépression à cause de son impact négatif sur l’activité chimique du cerveau.

“Boire un verre pour se calmer peut créer un cercle vicieux qui stimule l’anxiété et encourage la consommation d’alcool. Il est donc crucial d’éviter de prendre cette habitude”, confie-t-elle.

D’après le Dr Barry, l’alcool perturbe les neurotransmetteurs du cerveau.

“Il s’agit des éléments chimiques qui transmettent les messages d’un nerf à l’autre”, explique-t-elle. “Leur bon fonctionnement dépend d’un status quo dans le cerveau, mais ce changement chimique perturbe l’équilibre du cerveau, créant une sensation initiale de calme et un faux sentiment de bien-être”.

Ceux qui ont déjà constaté leur nouvelle nature téméraire après quelques verres le savent parfaitement : l’alcool modifie les zones du cerveau en charge des inhibitions, permettant ainsi aux buveurs de se sentir plus confiants et relaxés.

Le problème ? Des fluctuations d’humeur peuvent avoir lieu lorsque l’alcool réduit la quantité de sérotonine présente dans le cerveau.

“La sérotonine est une hormone qui permet de stabiliser notre humeur, et les personnes atteintes de dépression en possèdent généralement moins”, précise le Dr Barry.

“La consommation d’alcool peut être particulièrement néfaste si vous souffrez de stress ou d’anxiété, dans la mesure où elle stimule souvent les symptômes de la dépression et de l’anxiété. Ce lien est particulièrement bien documenté. Les personnes atteintes de problèmes de santé mentale sont plus susceptibles de boire de l’alcool, car il s’agit pour elles d’une forme d’automédication, et les personnes qui consomment de l’alcool régulièrement risquent davantage de souffrir de problèmes de santé mentale”.

Quel est l’impact d’une consommation d’alcool quotidienne sur la santé mentale [Photo: Getty]

Boire de l’alcool tous les jours peut également avoir un impact important sur le sommeil.

“Plus vous consommez des quantités importantes d’alcool, surtout avant d’aller vous coucher, plus l’impact sera négatif sur votre sommeil”, confie le Dr Barry.

“L’alcool a un impact sur nos habitudes de sommeil et réduit le taux de mélatonine. La mélatonine permet de réguler le cycle de sommeil/réveil, notre ‘rythme circadien’”.

“Le sommeil paradoxal est compromis, et vous vous réveillez plus fatigué le lendemain matin”.

La tête dans… le brouillard !

“Vous n’êtes pas au top de votre forme, ce qui n’est pas la manière idéale de commencer la journée. Cela peut même finir par avoir un impact sur votre humeur et votre efficacité”.

Un sommeil irrégulier peut également enclencher un cycle négatif de manque de sommeil/excès de stress.

“Le manque de sommeil peut avoir un impact négatif important sur notre capacité à gérer l’anxiété et le stress”, confie le Dr Barry.

Mais alors, que pouvons-nous faire maintenant que nous sommes conscients de l’impact d’un régime à base d’alcool sur notre santé mentale ?

À l’occasion de la semaine de sensibilisation à l’alcool, voici cinq options pour se détendre de lundi à mercredi et même après…

Remettez-vous en forme

Remplacez votre bar par la gym. “L’exercice est réputé avoir un impact positif sur la santé mentale, stimuler le taux de sérotonine, réduire le stress et l’anxiété, et mettre de meilleure humeur”, confie le Dr Barry.

Mais, il n’est pas toujours évident de passer d’une soirée assis bien confortablement sur un canapé devant une émission culinaire (comme Bake Off de l’autre côté de la Manche) à une soirée abdos à la gym.

“Le plus difficile consiste à adopter une routine régulière”, confie le Dr Barry. “Il est particulièrement dur de ressortir pour se rendre à un cours ou à la gym, surtout pendant les longs mois d’hiver”.

Elle recommande donc d’emporter sa tenue de gym au travail afin de pouvoir se rendre à la gym directement après le boulot. “Il suffit d’adopter une routine physique pour réaliser les bienfaits indéniables du sport sur le mental et le physique”.

Partez en balade

Discuter avec un ami n’implique pas forcément d’ouvrir une bouteille de Malbec. “Partez en balade avec un ami ou un partenaire au lieu de vous asseoir sur le canapé ou dans un bar avec une bouteille de vin. Ça change les idées et remet en forme, et c’est gratifiant et bon pour la santé mentale”, confie Dr Barry.

Respirez

“Le yoga, la méditation et la méthode Pilates permettent tous de se relaxer et peuvent avoir des résultats très positifs sur l’esprit et le corps lorsqu’ils sont pratiqués régulièrement”, confie Dr Barry.

L’alcool peut avoir un impact étonnant sur la santé mentale [Photo: Getty]

Sortez, mais sans boire

Qui a dit qu’il fallait forcément boire pour passer une bonne soirée. “Le Royaume-Uni est un pays génial pour passer de bonnes soirées sans avoir à boire de l’alcool”, confie Dr Barry. Le mouvement ‘Sober and Social’ qui a récemment vu le jour permet de faciliter l’organisation d’événements sociaux sans alcool et permet ainsi de rencontrer d’autres personnes qui tentent de limiter leur consommation d’alcool ou d’arrêter de boire complètement.

Sollicitez de l’aide

Il est peut-être temps de discuter avec un professionnel, comme votre médecin généraliste, si vous avez l’impression que votre consommation d’alcool devient problématique et a un impact négatif sur votre vie quotidienne, votre travail, vos relations et votre santé en général, ou encore si vos proches s’interrogent sur votre consommation”, confie le Dr Barry.

“Il est difficile de sortir du cercle vicieux de l’alcool sans l’aide et les conseils de professionnels, mais de nombreuses ressources se trouvent à votre disposition”.

Marie Claire Dorking