Sulivan Gwed : "Qu’on le veuille ou non, avec nos looks, on dérange"

·Journaliste
·4 min de lecture

Bien dans son temps, bien sur ses talons. C’est avec ces termes que l’on pourrait résumer le quotidien de Sulivan Gwed. Ce jeune youtubeur de 19 ans a sorti "Fashionology (ed. Harper Collins). Sois mode & Sois toi", un livre dans lequel il retrace son parcours et son amour pour la mode. Au quotidien, le jeune homme distille ses conseils pour s’habiller selon ses propres codes : sans genre et avec fun.

Rien ne prédestinait Sulivan Gwed à ce destin "de petit gourou de la mode". Cette personnalité suivie par 5 millions de personnes (tous réseaux sociaux confondus) a explosé sur Youtube sous le pseudonyme "Petit Panda Moqueur". Il n’avait alors que 13 ans. Sulivan vivait dans un petit village avec ses parents, ses soeurs et son frère. Il est issu d’un milieu modeste, comme il le précise à maintes reprises dans son livre. "Mon père est pompier et ma mère cuisinière. Pour eux, les vêtements n’ont qu’une valeur fonctionnelle dont le but est le confort et l’efficacité : ce ne sont pas eux qui m’ont transmis la passion de la mode". 

Vidéo. "Avec Bilal Hassani, on dérange. Mais on dérange ensemble"

Malgré tout, s’il admet que ses parents ont été dépassés par son succès sur YouTube, il n’a de cesse de les remercier pour leur amour et leur bienveillance. Une bienveillance de laquelle les parents du jeune homme ont fait montre très tôt. Sulivan Gwed a 4 ans lorsqu’il descend les escaliers de sa chambre avec l'accoutrement que ses soeurs lui ont choisi : une robe de princesse. Il perçoit le trouble dans le regard de son père. "T’es un enfant et tu sens... Tu te dis : "C’est peut-être un peu bizarre ce que je viens de faire ?"". 

"C’est pas facile de se balader dans la rue avec des bottines et des sacs"

Jusqu’à l’âge de 11 ans, il partage la chambre de ses deux soeurs. "Vivre dans une famille composée majoritairement de femmes, ça développe forcément ta part de féminité.". Il devient "le confident" de l’aînée. "Elle me racontait les actus mode, les actus des stars. Et c’est pour ça que… voilà", dit-il en se présentant.

Vidéo. "Toute forme de harcèlement qui puisse exister sur Internet, je l’ai vécu."

Son style se compose de pièces du vestiaire féminin et masculin. Un look qu’il a "révélé au monde" petit à petit, avec prudence, car il a conscience de ne pas "entrer dans les codes". "Le plus important, c’est de se sentir en sécurité. Ce n’est pas facile quand tu te balades dans la rue avec des bottines, des sacs,…"

Dans son manuel, Sulivan Gwed consacre un chapitre au vêtements socialement genrés. Dans le paragraphe "Comment porter une pièce socialement genrée", le Youtubeur tient à prévenir son lecteur : "En portant cette pièce à ta manière, tu pourras créer une tenue plus harmonieuse et, surtout, tu encaisseras mieux les potentielles remarques qu’on te fera".

"Toute forme de harcèlement sur Internet, je l’ai vécue"

"Le monde évolue mais il n’est pas passé du noir au blanc d’un coup", nous explique-t-il. Car malgré sa popularité, Sulivan Gwed continue de recevoir des remarques sur son apparence. S’il encaisse mieux les critiques, il ne cache pas que cela a été plus compliqué à 13 ans.

"J’ai vécu du cyberharcèlement depuis que je l’ai l’âge de 13 ans. C’est un petit peu compliqué pour te construire en tant que personne. C’étaient des commentaires, des insultes, des messages. Toute forme de harcèlement qui puisse exister sur Internet, je l’ai vécue", confie-t-il.

Un déferlement de violence lié proprement "à lui". "Un garçon, ça joue aux jeux vidéo et ça porte des gros pulls. Et les filles, elles font des vidéos beauté", explique Sulivan en caricaturant ses détracteurs. "Sur Youtube, j’avais juste envie d’être moi, d’être le version la plus folle que je puisse être". 

Et c’est grâce, et avec ses amis, Youtubeurs à succès eux-aussi (Bilal Hassani, Léna Situations,...) que Sulivan est parvenu à se "révéler" envers et contre tous. Lorsqu’il parle de son "frère" Bilal Hassani, Sulivan décrit le trouble de la société. "Qu’on le veuille ou non, on dérange. Et c’est ça qui nous a rendus encore plus solide en tant que groupe, c’est qu’on dérange ensemble. C’est ça qui est cool". 

Vidéo. L'interview complète de Sulivan Gwed

A LIRE AUSSI :

>> Cyberharcèlement : faut-il rehausser l'âge légal d'accès aux réseaux sociaux ?

>> Cyberharcèlement, violences en ligne, contenus porno… Comment lutter contre la surexposition des ados

>> Céline Dion, Bilal Hassani, Emma Smet... Ces stars qui ont brisé le tabou du harcèlement scolaire

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles