Publicité

Syndrome génito-urinaire de la ménopause (SGUM) : quels sont les symptômes et les traitements ?

La ménopause, qui survient autour de 50 ans, correspond à l’arrêt de fonctionnement des ovaires et elle se manifeste par l’arrêt des règles. Elle marque aussi la fin de la période de fertilité chez les femmes. Cette période s’accompagne de moult bouleversements hormonaux, notamment une baisse des taux d'œstrogènes, à l'origine de symptômes.

Outre les bouffées de chaleur, les palpitations, les sensations de vertige ou encore les tremblements, comme le rappelle le site Ameli.fr, la ménopause s’accompagne aussi de désagréments génitaux, urinaires et sexuels. Et cela porte un nom : le syndrome génito-urinaire de la ménopause, ou SGUM. Il est très courant, et peut se traiter de multiples façons. Le gynécologue Didier Constant, bénévole à l’Initiative des malades atteintes des cancers gynécologiques (IMAGYN), explique de quoi il s’agit, et comment en être soulagée.

Pour rappel, “le diagnostic de la ménopause repose sur l'absence de règles depuis 12 mois chez une femme d'environ 50 ans. Aucun examen n'est nécessaire dans une situation habituelle”, souligne l’Assurance maladie. Pour autant, cette période est chargée en troubles physiologiques qui peuvent être très pénibles pour les femmes.

“Le Syndrome Génito-Urinaire de la Ménopause (SGUM) se définit par de nombreux symptômes qui sont engendrés par une diminution des oestrogènes et autres hormones sexuelles, lorsque survient la ménopause”, commence le gynécologue. Il est donc naturel, et ne constitue rien d’inquiétant. Ce n’est pas une (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite