Témoignages : elles ont perdu beaucoup de poids et gagné en énergie !

Jean Delmarty/Alpaca/Andia.fr

Il n’existe pas de poids santé universel. Les professionnels du corps médical s’accordent pour dire que le fameux IMC (indice de masse corporelle), qui a longtemps prévalu pour déterminer si notre corpulence se situe dans la norme ou pas, est aujourd’hui considéré comme un concept obsolète. Il ne tient pas compte de nos spécificités organiques (sexe, âge, niveau d’activité physique…). Il n’empêche que prendre 15, 20 ou 30 kilos n’est pas sans conséquence sur l’organisme, surtout si cette courbe est "cumulative", c’est-à-dire qu’elle grimpe en continu depuis des années. La compilation de plusieurs études réalisées par les chercheurs de la Harvard T.H. Chan School of Public Health (États-Unis) montre qu’une telle hausse augmente le risque de maladies chroniques, tel le diabète, dès le seuil de 5 kilos gagnés entre le début de l’âge adulte et 55 ans. Une forte surcharge pondérale nous gêne aussi dans notre vie quotidienne : déplacements plus difficiles, sommeil dégradé… Enfin, grossir risque d’éroder notre confiance en nous. Car on a parfois du mal à accepter cette silhouette qui ne ressemble plus à celle qui était la nôtre quelques décennies plus tôt. C’est donc pour renouer avec un meilleur état de forme, reconquérir une pleine mobilité et retrouver de l’assurance que Patricia et Marie-Anne ont entrepris une démarche durable d’amaigrissement. Elles ont modifié leur hygiène de vie, misé sur une chirurgie bariatrique et complété ce chemin vers le mieux-être par une thérapie pour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite