Publicité

Les tétons vont-ils faire leur réapparition sur Facebook et Instagram ?

Les tétons vont-ils faire leur réapparition sur Facebook et Instagram ? - Adobe Stock
Les tétons vont-ils faire leur réapparition sur Facebook et Instagram ? - Adobe Stock

Va-t-on en finir avec la censure abusive des seins nus sur Facebook et Instagram ? Le conseil de surveillance du groupe Meta (anciennement Facebook) serait en train de remettre cet enjeu de liberté au coeur des débats.

"Nous disons qu'il devrait y avoir plus d'égalité". Voilà le message que souhaite faire porter aujourd'hui Helle Thorning-Schmidt, ancienne Première ministre du Danemark et membre du conseil de surveillance du groupe Meta (anciennement Facebook), afin de questionner une problématique régulièrement évoquée : la censure des poitrines féminines sur Facebook et Instagram.

Un phénomène qui semble s'opposer à un enjeu de liberté, mais aussi d'égalité des genres, selon la membre du conseil de surveillance, qui s'est expliquée lors d'une conférence en ligne : "Nous demandons à Meta de se pencher sur cette question. Cette mesure nuit à la capacité des femmes, des personnes transgenres ou non-binaires à s'exprimer. En outre, il est intéressant de remarquer que les seuls mamelons non sexualisés sont ceux des hommes ou ceux qui ont subi une opération".

Une censure maintes fois dénoncée

A l'origine de ces nouveaux débats, le retrait exigé par Facebook des publications d'un couple transgenre et non-binaire, en attente d'une ablation des seins, en appelant à une levée de fonds pour une future opération. Et ce bien que sur les photos incriminées, les tétons étaient couverts.

Cette suppression a fait réagir le 17 janvier le conseil de surveillance de Meta, aussi bien composé de journalistes que d'avocats, qui a déclaré dans son communiqué : "Le retrait de ces images n'est pas conforme avec les valeurs de Meta ou ses responsabilités en termes de droits...

Lire la suite


À lire aussi

Etes-vous un "parent éléphant" ?
Un projet de "congé ménopause" rejeté en Angleterre car il pourrait "discriminer les hommes"
Lorsque les femmes débarquent dans un métier, les hommes fuient