Publicité

Travailler dans une entreprise soucieuse de l’équilibre entre le travail et la vie perso peut rajeunir votre cœur

Des chercheurs américains ont fait un lien entre « les conflits travail-famille » et risque de souffrir d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire.
Yuichiro Chino / Getty Images Des chercheurs américains ont fait un lien entre « les conflits travail-famille » et risque de souffrir d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire.

ETUDE - Un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée est si bénéfique pour la santé que le cœur de certains employés qui travaillent dans des entreprises dites « flexibles » a « rajeuni » de plusieurs années. C’est en tout cas ce qu’avancent des chercheurs des universités de Harvard et de Penn State, qui se sont penchés sur les liens entre « les conflits travail-famille » et le risque de souffrir d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire.

L’étude, publiée mercredi 8 novembre dans l’American Journal of Public Health, est l’une des premières à évaluer si les changements apportés à l’environnement de travail peuvent avoir une incidence sur le risque cardiométabolique.

Les chercheurs ont constaté que la flexibilité de l’environnement de travail (une entreprise qui valorise la vie personnelle de ses employés et aménage les emplois du temps pour réduire le stress, par exemple) avait un impact sur deux groupes de travailleurs en particulier : les plus de 45 ans et les personnes déjà exposées à un risque plus élevé de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral, étroitement lié à des habitudes telles que le tabagisme et une mauvaise alimentation. Et cela sans perte de productivité.

Aucun impact négatif sur la productivité

« Lorsque les conditions de travail stressantes et les conflits entre le travail et la famille sont atténués, nous avons constaté une réduction du risque de maladie cardiovasculaire chez les employés les plus vulnérables, sans aucun impact négatif sur leur productivité, a déclaré Lisa Berkman, co-auteur principal de l’étude auprès de The Harvard Gazette. Ces résultats pourraient être particulièrement importants pour les travailleurs à bas et moyens salaires qui, traditionnellement, ont moins de contrôle sur leurs horaires et les exigences de leur travail et sont soumis à de plus grandes inégalités en matière de santé. »

Pour réaliser l’étude, les chercheurs ont fait cette expérience : dans une entreprise dédiée aux technologies de l’information, certains superviseurs ont reçu des formations sur la bonne articulation entre vie personnelle et professionnelle de leurs employés, tandis que d’autres ont plutôt appris à identifier de nouvelles manières d’accroître le contrôle sur le temps et les tâches de leurs subalternes.

Réduire les conflits entre vie professionnelle et vie privée

Les chercheurs ont réparti l’intervention de manière aléatoire entre les unités de travail et les sites de la société, portant le nombre de participants à 1 528. Leur pression artérielle systolique, l’indice de masse corporelle, l’hémoglobine glyquée, le tabagisme, le cholestérol HDL et le cholestérol ont été enregistrés au début de l’étude, puis à nouveau douze mois plus tard.

L’étude a révélé que l’environnement de travail n’avait pas eu d’effets globaux significatifs sur les scores de risque des employés. Sauf pour ceux qui présentaient des risques vasculaires plus élevés au départ. Lorsque ces derniers travaillaient pour des superviseurs qui avaient été formés à la bonne articulation entre vie pro et vie perso, ils ont vu leur santé cardiovasculaire retrouver la forme qu’elle avait cinq à dix ans plus tôt selon les cas.

« L’intervention a été conçue pour changer la culture du lieu de travail au fil du temps, dans le but de réduire les conflits entre la vie professionnelle et la vie privée des employés et, en fin de compte, d’améliorer leur santé, a déclaré Orfeu Buxton, co-auteur principal de l’étude, au Guardian. Nous savons maintenant que de tels changements peuvent améliorer la santé des employés et qu’ils devraient être mis en œuvre à plus grande échelle. »

À voir également sur Le HuffPost :

L’épidémie de bronchiolite chez les bébés est de retour, voici comment reconnaître les symptômes

Suppression de l’aide médicale d’État : les hôpitaux dénoncent « l’hérésie » de cette initiative