Un sommeil de qualité permettrait de lutter contre les maladies cardiaques, même chez les personnes génétiquement prédisposées

Les personnes qui dorment mieux seraient moins à risque de souffrir de crises cardiaques et d'AVC. [Photo: Getty]

Bien dormir permettrait de lutter contre les maladies cardiaques, même chez les personnes génétiquement à risque, d’après la recherche.

Des scientifiques de l'université Tulane à la Nouvelle-Orléans ont examiné l'ADN de plus de 385 000 personnes en bonne santé.

Ils ont également évalué la qualité du sommeil des participants et divers facteurs, comme le nombre d'heures dormies par nuit, le niveau de fatigue dans la journée et les ronflements.

Au cours des huit années suivantes, ceux qui dormaient le mieux étaient bien moins susceptibles de souffrir d'une maladie cardiaque (jusqu'à 35 %).

Les scientifiques ont même constaté qu’une bonne nuit de sommeil permettait de compenser l’effet de l’ADN associé à un risque élevé de douleurs thoraciques, de crises cardiaques et d’AVC.

Les maladies cardiaques seraient responsables d'un quart de tous les décès au Royaume-Uni et aux États-Unis, selon les statistiques.

L'obésité, le tabagisme et l'inactivité sont tous des causes reconnues. La génétique a également un impact, et le risque augmente si un autre membre de la famille a déjà été touché.

On disposait de peu d’informations sur le lien entre l'ADN et les habitudes de sommeil des patients en matière de santé cardiaque. Pour en savoir plus, les scientifiques ont donc analysé des échantillons sanguins provenant de participants de l'étude UK Biobank.

Un « score de sommeil sain » allant de 0 à 5 a également été attribué à ces participants, la note de 5 faisant référence à une personne « du matin » qui dort entre 7 et 8 heures par nuit, sans insomnie, ronflements ou fatigue dans la journée.

« Nous souhaitions vérifier si la relation entre les scores du sommeil et les conséquences cardiovasculaires différait en fonction du risque génétique », a déclaré l'auteur principal, le professeur Lu Qi. « C'est la première fois que nous nous penchons là-dessus ».

« Nous voulions également avoir une idée de la proportion de problèmes cardiovasculaires potentiellement évitables si tous les participants adoptaient des habitudes de sommeil saines, en partant du principe qu'il existe bien un lien de causalité ».

Les résultats publiés dans l'European Heart Journal montrent que ceux qui obtenaient un score de sommeil de 5 étaient 35 % moins susceptibles de développer une maladie cardiovasculaire, toutes formes confondues, un terme général qui réunit les troubles du cœur ou des vaisseaux sanguins, selon le NHS.

Plus précisément, ils étaient moins susceptibles de souffrir d’une crise cardiaque ou d'un AVC  à hauteur de 34 %.

« S’il existe bien un lien de causalité entre le sommeil et les maladies cardiovasculaires, plus d'un dixième de toutes les maladies cardiaques et AVC auraient pu être évités si tous les participants avaient obtenu un score de sommeil sain de 5 », a déclaré le professeur Qi.

« Parmi les personnes avec un score de sommeil sain de 5, on constatait près de sept cas de maladies cardiovasculaires en moins pour 1 000 personnes par an par rapport à celles qui avaient obtenu un score de sommeil inférieur à 5 ».

D’après les résultats, le risque de maladie cardiaque était 2,5 fois plus élevé chez les personnes avec un risque génétique élevé et une mauvaise note de sommeil, idem pour le risque d'AVC (1,5 fois), que chez les personnes avec un faible risque génétique qui dormaient bien.

Les risques de maladie cardiaque et d’AVC étaient 2,1 et 1,3 fois plus élevés respectivement chez les personnes qui avaient des habitudes de sommeil saines et un risque génétique élevé.

« Nous avons constaté que le risque génétique élevé pouvait être partiellement compensé par des habitudes de sommeil saines », a déclaré le professeur Qi.

« Nous avons également constaté que les personnes associées à un faible risque génétique risquaient de perdre cette forme de protection à cause de leurs mauvaises habitudes de sommeil ».

Un faible risque génétique et de mauvaises habitudes de sommeil multipliaient le risque de maladie cardiaque et d’AVC par 1,7 et 1,6 fois respectivement par rapport à un faible risque génétique et de bonnes habitudes de sommeil.

Les résultats étaient similaires après avoir pris en compte le tabagisme, la consommation d'alcool, l'IMC, l'âge, le taux d'activité ainsi que d'autres facteurs de santé.

« Nos conclusions indiquent une association, mais pas un lien de causalité, tout comme de précédentes études observationnelles », a déclaré le professeur Qi.

« Mais, ces résultats pourraient donner lieu à de nouvelles études et suggèrent qu'il est essentiel de tenir compte des habitudes de sommeil afin de mieux évaluer le risque de maladie cardiaque ou d’AVC ».

D'autres experts ont tenu à souligner que les habitudes de sommeil des participants étaient rapportées par les participants eux-mêmes, et que des problèmes de santé non détectés pouvaient également affecter notre capacité à dormir.

« Dans l'ensemble, l'étude confirme l'importance des choix de mode de vie pour protéger sa santé cardiovasculaire et suggère qu'une bonne nuit de sommeil peut être bénéfique, parallèlement à des exercices réguliers et une alimentation saine », a déclaré le professeur Paul Evans, de l'université de Sheffield.

Alexandra Thompson