Vanessa Paradis sur ses débuts : « Les gens me regardaient comme un animal en cage »

©Domine Jerome/ABACA

« Haut les filles », diffusé sur Arte, mets à l’honneur les femmes qui ont cassé les codes. Participante phare du documentaire, Vanessa Paradis s’est confiée sur ses débuts et ce que cela impliquait pour la jeune fille qu’elle était.

1987. Vanessa Paradis est la star du moment. Avec le succès de son premier single « Joe le taxi », l’adolescente de 14 ans est immédiatement plongée dans le monde impitoyable de la célébrité et des projecteurs. Elle reste onze semaines à la tête du Top 50 et son nom est déjà évoqué dans les émissions à l’étranger.

Ce 14 juillet, Vanessa Paradis était une des participantes du documentaire Arte « Haut les filles ». Réalisé par François Armanet, le film souhaitait mettre en lumière « les femmes iconoclastes » qui ont révolutionné l’art en France. Une occasion pour l’ex-femme de Johnny Depp de revenir sur une période « horrible » de sa vie.

Des débuts « très violents »

Adolescente et déjà star nationale, Vanessa Paradis continue de prendre les transports en commun dans sa banlieue natale, pour aller à l’école. « Les gens me regardaient comme si j’étais un animal en cage et ils ne se passaient d’aucun commentaire à voix haute à côté de moi », se souvient la mère de Lily-Rose Depp.  « Les débuts ont été très violents. J’avais 14 ans et à 14 ans, on se demande qui on est, qui on va devenir, si on est assez bien. »

L’actrice et chanteuse a également dû lutter contre le syndrome de l’imposteur, celui qui aime vous faire croire que vous ne méritez pas telle opportunité professionnelle par exemple. « Les commentaires étaient vraiment monstrueux. On m’attaquait sur mon physique, ma musique, mon manque de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles